Comment nous avons perdu 230 euros chez CJ Affiliate (Conversant)

vers Virus Info

Play-Asia.com - Jeux Vita

logo du site
[accueil]  [chercher]


2006-01-31 00:00
review/PSP

Grand Theft Auto : Liberty City Stories




Une longue attente enfin récompensée ! Après de nombreux report, la série à succès de Rockstar débarque pour la première fois sur PSP. Difficile d’échapper au phénomène, ainsi qu’aux habituels débats opposant les fans de la série, à ses détracteurs la qualifiant de jeu de « racailles ».

Comme le titre le laisse entendre, l’action se déroule à Liberty City, le théâtre d’action de GTA III sur PlayStation 2. Encore un énième remake, direz-vous ? Non, Rockstar nous gratifie ici d’un jeu totalement original... ou presque. En effet, après sa brève apparition dans GTA III, c’est ici Toni Cipriani qui se trouve au cœur de l’action.





Une première prise en main assez difficile
Le jeu est assez difficile à prendre en main lors des premières minutes de jeu, surtout lorsque l’on prend un peu de vitesse en voiture, ou pire encore en moto. Mais une fois le stick de la PSP correctement apprivoisé, le résultat est très agréable. Toni réagit au quart de tour, et il en va de même pour les différents véhicules. Seul le tir au fusil à lunette reste assez complexe, en raison de l’utilisation du stick, mais une pression sur la touche L permet d’ajuster plus précisément le tir. Il faut savoir aussi que, pour les allergiques du stick de la PSP, il est possible de jouer avec les touches de direction.

Il n’y a pas de menu précédent le jeu à proprement parler, tout se fait à partir du menu de pause durant le jeu. Cela permet de compenser les temps perdus par le chargement du jeu, mais s’avère assez lourd lorsque plusieurs sauvegardes sont présentent sur la Memory Stick, car le jeu charge automatiquement la dernière partie jouée. Concernant ces temps de chargement, ils sont largement supportables, pour de la PSP. Par contre les changements de zone, sont assez pénibles car un chargement coupe l’action en plein élan. Mais ce petit désagrément est (hélas !) monnaie courante dans GTA.





Un régal pour les yeux...
Les graphismes, sont tout simplement bluffants. Même s’ils n’atteignent pas le niveau des consoles de salon, on a tendance à oublier que l’on est sur console portable, la PSP en a vraiment dans le ventre ! Les couleurs sont nombreuses et vives, l’ensemble est très fin et pas pixélisé pour un sou, même lorsque l’on se retrouve très prés des objets. Les animations sont très détaillées, et l’on s’étonne du naturel des mouvements des différents personnages, lorsque que l’on « emprunte » une voiture ou dans n’importe quelle autre situation du jeu.
On s’émerveille également devant les nombreux effets météo (halo du soleil, reflet des lumières sur la route mouillée, etc.) ou les variations entre le jour et la nuit qui rendent le jeu encore plus magnifique.
Cette débauche visuelle a malheureusement un prix, et même si cela n’arrive que de façon exceptionnelle, le jeu a une légère tendance à ramer (en particulier lorsque la pluie commence à tomber).


... et pour les oreilles
Chaque son est retranscrit avec un réalisme exemplaire. On identifie ainsi chaque type de véhicule (voitures, moto cross, scooters ou bien hélicoptères) par un bruit de moteur particulier, sans qu’il ne soit pour autant visible dans notre champ de vision. Les bruits des pas, de balles, de klaxons, de freins ou encore de portières qui claquent permettent de s’immerger davantage dans le jeu.
Les musiques, quant à elles, sont toujours aussi efficaces. Durant le jeu, le système de radio est toujours d’actualité pour les connaisseurs. Il permet de sélectionner le type de musique préférée. Et pour ceux qui ne trouveraient pas leur bonheur, un logiciel (Rockstar Custom Tracks, disponible sur le site de Rockstar) permet d’importer ses propres musiques.





Et le jeu dans tout ça ?
Comme dans tous les GTA le but recherché est très simple : devenir LE maître de la ville, au terme d’une lente ascension. Pour cela, il faudra exécuter les missions données par vos différents employeurs. Ces derniers sont à la fois très nombreux et très variés. Ainsi, il vous faudra aider le parrain de la famille Léone, Salvator à devenir le chef incontesté de Liberty City, placer un candidat à la tête de la mairie afin de la contrôler (après avoir, bien entendu, consciencieusement liquidé l’ancien maire) ou bien encore prouver à la mère de Toni à quel point son fils peut être un redoutable voyou, digne d’appartenir à la « famille ».
Comme toujours, tout est prétexte à une obscénité et une vulgarité très poussée. Chaque conversation est un moyen de plus de montrer à quel point Liberty City peut être gangrenée par la corruption et la violence. Pour arriver au terme des missions, il ne faut donc avoir aucun scrupule face aux meurtres, aux vols, ou tous autres actes de violence souvent gratuits. Pas étonnant que le jeu soit interdit aux moins de 18 ans !
Toni aura à sa disposition de nombreux véhicules, et de nombreuses armes, qui ne lui seront pas toutes disponibles dans un premier temps. En effet, la ville est séparée en trois îles dont une seule est accessible au départ. Pour accéder aux deux îles suivantes, il faudra réussir un certain nombre de missions.





Une durée de vie conséquente
Il faudra beaucoup de patience pour arriver un bout de toutes les missions, aussi bien principales qu’annexes (épater les futurs clients d’un concessionnaire, rapporter les véhicules figurants sur une liste, un peu à la façon du film 60 secondes chrono, participer à des courses « underground », etc.). D’autant plus que le jeu est particulièrement difficile et l’intelligence artificielle plutôt réussie.

Enfin, il faut noter que le jeu nécessite le firmware 2.0 pour démarrer, mais que les possesseurs du 1.5 se « réjouissent », la mise à jour est possible directement à partir de l’UMD...

Rockstar ne compte pas s’arrêter en si bon chemin : le développeur planche déjà sur deux autres épisodes de GTA sur la PSP de Sony. Autant exploiter le filon jusqu’au bout, les joueurs ne s’en plaindront pas.

Avseth





Grand Theft Auto : Liberty City Stories sur PSP de type Action édité par Take 2 Interactive. Pour 1 à 6 joueurs. Prix : 50 €. Note : 5 sur 5







Vous aimez cette page ? Partagez-en le lien !

Facebook

Twitter

LinkedIn

Reddit


Play-Asia.com - Jeux Exclusifs

[homepage]  [RSS]  [archives]
[contact & legal & cookies]  © ACBM