Comment nous avons perdu 230 euros chez CJ Affiliate (Conversant)

vers Virus Info

Play-Asia.com - Jeux retro

logo du site
[accueil]  [chercher]


2005-10-04 17:00
review/Nintendo DS

Castlevania - Dawn of Sorrow




Le nouveau Castlevania est arrivé et on le doit une fois encore à l'équipe de IGA. Il s'agit du premier épisode sur Nintendo DS et, espérons-le, pas le dernier ! Dawn of Sorrow prend place un an après l'épisode GBA, Aria of Sorrow, en 2036 donc. On retrouve la plupart des personnages tels que Soma Cruz, le héros principal. Celui-ci est la réincarnation de Dracula (mort en 1999) et peut s'approprier les pouvoirs des ennemis. Mais, alors qu'il aurait dû être le nouveau Dracula lors de l'éclipse solaire de 2035, il fut, dans Aria of Sorrow, sauvé à temps par ses amis. Ainsi, il pensait que tout cela n'était plus qu'un mauvais souvenir, mais il devra affronter les prétendants au poste de nouveau seigneur des ténèbres : Dimitri et Dario.





Avant de débuter une partie, une vidéo nous met dans l’ambiance. Certes, elle consiste en une espèce de baston généralisée - chose un peu surprenante par rapport à l'esprit de la série - mais la qualité est exceptionnelle. C'est sans doute pour faire plus « jeune ». Dans le même ordre d'idée, c'est aussi pour cela - l'auteur du jeu l'avoue lui-même - que le design des protagonistes se rapproche de l'esprit manga. Peu importe après tout, puisque l'intérêt du jeu n'en pâtit pas une seule seconde.





Dès le départ, on est bluffé et on le sera plus encore par la suite. La réalisation est à tomber par terre. Aucun reproche à formuler : les musiques et effets sonores sont superbes (une écoute au casque est fortement conseillée), graphiquement c'est parfait avec de superbes effets dans de nombreux décors. L'animation et la jouabilité sont sans faille. Certains ennemis occupent la taille de l'écran, bougent admirablement sans que l'on ne note le moindre ralentissement. Du grand art. Cela devrait suffire à faire taire les détracteurs de la Nintendo DS.
Le jeu est très varié aussi bien en terme de décors, d'ennemis que de situations à découvrir : portes scellées par un jackpot (pensez à avoir vos derniers chiffres d'argent en réserve identiques aux chiffres marqués sur la porte), jeu de taquin afin de débloquer l'accès à certaines salles (il suffit de mettre les chiffres dans l'ordre de haut en bas), détruire des ennemis de façon à se composer une sorte d'escalier et leur monter dessus, etc.





Le déroulement de cet épisode est à rapprocher de Symphony of Night, abrité à la fois par la PlayStation et la Sega Saturn (avec quelques variantes entre les deux versions) et le premier à incorporer des éléments dérivés des RPG : pouvoir jongler entre plusieurs équipements, la gestion d'âmes, des objets, la rencontre et le dialogue avec des personnages en cours de partie, etc. Avoir constamment une carte du jeu sur l'écran supérieur de la console est un réel plus que seule la Nintendo DS et ses deux écrans sont capables d'offrir. De plus, vous commencez à vous en douter, l'écran tactile n'est pas en reste. Il faut donc être prêt à lâcher le pad de direction et à dégainer son stylet. Ce dernier est principalement utilisé lors de combat contre un boss car, lorsque celui-ci est en train d'agoniser, il faut réaliser un tracé correspondant à un sceau magique (devenant de plus en plus compliqué). Si le tracé n'est pas exécuté convenablement, le combat continue ! Aussi, le stylet permettra des actions comme casser des blocs de glace (après avoir récupéré le pouvoir idoine) afin de se frayer un chemin. Pas de quoi fouetter un chat même si cela apporte un petit plus qui ne dénature en rien la série Castlevania. A propos des sceaux, le jeu laisse la possibilité de s'entraîner à leur réalisation. Ils sont indispensables pour ouvrir certaines portes (mais nul besoin d'effectuer le tracé pour ouvrir une porte scellée, cela se fait automatiquement).





Les capacités du héros en début de partie sont minimes, mais elles évoluent. Il sera possible d'acquérir le double-saut (qui, couplé avec l'âme Golem, vous permettra de sauter très loin), la possibilité de nager (après avoir tué un gros serpent de mer), etc. Tout cela s'avérant primordial pour l'accès à certaines parties de l'aventure. Vous l'avez compris, Castlevania n'est en rien un jeu linéaire et obligera à mémoriser certains endroits afin de pouvoir y retourner ultérieurement aidé en cela par les salles de téléportation. Ajoutons qu'il faudra faire preuve d'un peu d'astuce, par exemple en passant au travers d’un mur en utilisant l'âme « maître-poupée ». Et en ce qui concerne les miroirs rencontrés ici et là, en tuant un boss on obtiendra une âme permettant de passe derrière ! Les endroits de sauvegarde et de téléportation sont idéalement placés et Dawn of Sorrow intègre même une sauvegarde rapide dans le cas où il n'y aurait pas une salle de sauvegarde proche de vous.
Anecdote amusante pour finir : dans la notice française, il est à plusieurs reprises fait référence à un écran « tactique » et non tactile !

RayXambeR





Castlevania - Dawn of Sorrow sur Nintendo DS de type Action édité par Konami. Pour un joueur. Prix : 40 €. Note : 5 sur 5







Vous aimez cette page ? Partagez-en le lien !

Facebook

Twitter

LinkedIn

Reddit

Vous pouvez recopier librement le contenu de cette page ailleurs (en indiquant le lien de cette page), mais sans le modifier ni en faire un usage commercial. Ce contenu est sous licence Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License.
Creative Commons License

Play-Asia.com - Jeux Switch

[homepage]  [RSS]  [archives]
[contact & legal & cookies]  © ACBM