Comment nous avons perdu 230 euros chez CJ Affiliate (Conversant)

vers Virus Info

vers Pirates Mag

Play-Asia.com - Jeux Exclusifs

logo du site
[accueil]  [chercher]


2015-03-02 22:02
review/Game Boy

Airaki


Airaki est un jeu de match-3, un peu comme Zookeeper sur Nintendo DS (un concept pillé par Candy Crush Saga). Il doit sa différence à l'absence d'écran tactile sur la Game Boy.

On dirige donc un curseur correspondant à la largeur de deux cases, un bouton permet de valider la permutation des deux symboles placés au sein de ce curseur, l'autre permettant de changer d'axe : si au début le curseur est horizontal, il passe alors à la verticale. Et ainsi de suite. L'objectif est d'éliminer au minimum trois symboles similaires situés côte-à-côte. Si l'on en élimine davantage, c'est mieux encore ! En effet, c'est immédiatement dommageable pour l'adversaire.

Car, en fait, Airaki est un duel entre deux monstres. Comble de bonheur, on peut jouer en link à deux joueurs. C'est ce mode qui a pris le plus de temps en terme de développement pour assurer une bonne synchronisation. Airaki n'est pas un jeu de survie interminable car, au bout de 8 niveaux, la partie prendra fin. Cela garantit des parties d'une durée bien acceptable, ni trop courte ni trop longue (même si elle peut largement dépasser la demi-heure).

De nombreuses pièces sont disposées aléatoirement sur une grille de 7 par 9 cases : épées, boucliers, fléaux, potions, poings... Elles ont des rôles différents. Par exemple, un bouclier divise par deux les dommages subis. Il y a une gestion sous forme de file d'attente des attaques : si l'on enchaîne rapidement l'élimination de symboles - ou mieux que l'on réalise des « combos » - les attaques ne disparaissent pas pendant les animations, elles sont lancées les unes après les autres. Aussi la présence d'indicateurs (+2 ou +3) renseignent sur la multiplication des points et des dégâts, car c'est un système à base de puissances de deux qui est utilisé (un +3 revient pour le bouclier à diviser par 8, soit 2 puissance 3).

La partie droite de l'écran affiche les deux monstres et permet de visualiser de courtes séquences d'animation en cas d'attaque, le score ainsi qu'un compteur temps. Ce dernier n'a pas vraiment d'importance si ce n'est de permettre de recevoir un bonus de points si l'on franchit un niveau en moins de 5 minutes et 30 secondes.

Airaki propose en début de partie de choisir parmi trois variantes - F, D ou H - qui influent sur les pouvoirs spéciaux, activables seulement lorsque l'on vient d'aligner des potions ornées d'un S. F signifie Find et permet de trouver une solution automatiquement quand on est bloqué. D signifie Drunk et rend l'ennemi ivre pendant quelques secondes, l'empêchant d'attaquer. H signifie Hammer et transforme les poings en marteau pendant trois coups, provoquant plus de dégâts.

La réalisation est très propre avec une lisibilité parfaite et une précision appréciable des commandes. Passé les quelques minutes d'adaptation nécessaires (surtout lorsque l'on a pris l'habitude des écrans tactiles...), Airaki révèle alors tout son potentiel. Les petites animations viennent égayer les parties. Son découpage en niveaux permet de relancer et repartir au combat. Plus le niveau augmente et plus l'ennemi tape fort et vite. De ce fait, il faudra cravacher pour atteindre et conclure le 8e et dernier niveau du jeu. On ne regrettera que l'absence de musique, faute de temps de développement mais, surtout, d'espace libre sur la cartouche.

RayXamber

Test publié dans Revival n°52

[center]











[/center]



Airaki sur Game Boy de type R�flexion édité par Furrtek Software Engineering. Développé par Furrtek. Pour 1 à 2 joueurs. Prix : €. Note : 4 sur 5





Vous aimez cette page ? Partagez-en le lien !

Facebook

Twitter

LinkedIn

Reddit


Play-Asia.com - Jeux 3DS

[homepage]  [RSS]  [archives]
[contact & legal & cookies]  © ACBM