Comment nous avons perdu 230 euros chez CJ Affiliate (Conversant)

vers Virus Info

Play-Asia.com - Jeux retro

logo du site
[accueil]  [chercher]


2013-06-04 00:00
review/PS Vita

Soul Sacrifice


Soul Sacrifice nous conte l’histoire d’un malheureux prisonnier : vous ! Magicien de faible rang, vous êtes captif dans les geôles d’un sorcier, Magusar, qui tue pour son bon plaisir. D’ailleurs, d’entrée de jeu, vous le voyez réduire à néant un de vos compagnons d’infortune qui a osé tenter de résister. Tout semble perdu… Jusqu’au moment où vous remarquez un étrange livre posé sur le sol de votre cellule. Plus curieux encore : il parle ! Il se nomme Librom et semble à moitié fou, mais vous propose de vous aider à survivre. Pour cela, vous allez tourner ses pages et revivre les histoires qui y ont été écrites par un mystérieux auteur. C’est le début d’une longue, très longue aventure.

Concrètement, Librom va vous permettre d’enchaîner des dizaines de missions dans un jeu d’action et de rôle 3D qui s’apparente à Monster Hunter. Ici, on chasse le démon ainsi que d’immenses boss, aussi maléfiques qu’immondes. L’imagination des développeurs vous surprendra, soyez-en sûrs ! De la harpie obèse qui vous gobera pour mieux vous vomir au cerbère à trois têtes venu tout droit des enfers sans oublier le chevalier noir totalement maso, Soul Sacrifice marque véritablement les esprits. Les sbires communs de Magusar sont quant à eux plutôt répétitifs.

Bourrin et complexe
Pour éliminer tout ce beau monde, vous avez à votre disposition une gamme de pouvoirs magiques qui va très rapidement s’enrichir, de simples éclairs à la glace paralysante en passant par la création de poings géants en pierre (et autres matières « fracassantes). Le principe de ces sorts ne repose pas sur de la mana classique, mais plutôt sur un système de sacrifices. Plus votre sacrifice sera important, plus le pouvoir obtenu sera puissant. En multi-joueurs (jusqu’à quatre), il est même possible de se sacrifier intégralement pour renforcer les pouvoirs de vos alliés ! Il est aussi possible, grâce à certains éléments du décor, de créer des armes temporaires, ou même des armures spéciales. Ajoutez à cela un système de ressources à collecter et d’offrandes à effectuer, et vous obtenez un système de jeu très novateur.

Les contrôles sont simples et complets. Un système de « lock » permet de bloquer la caméra sur un ennemi, ce qui permet de se concentrer sur l’action et les coups. Le système de progression et de montée en niveaux est un peu limité à notre goût, puisqu’on ne peut agir que sur deux facteurs : la vie et la magie. L’intelligence artificielle de vos coéquipiers déçoit un peu. Le plus souvent, les démons leur passent dessus sans grande difficulté ! Si vous en avez la possibilité, optez pour des alliés humains, certaines missions - tout particulièrement celles avec des boss - peuvent se révéler tout simplement épiques. En multi-joueurs, Soul Sacrifice est l’un des jeux les plus grisant qu’il nous a été donné d’expérimenter sur une console portable.

Pas pour les chèvres
Il est difficile de résumer toute la richesse de Soul Sacrifice. Nous pourrions aussi évoquer la beauté des arènes proposées et l’importance de décors, dont la nature pourra impacter, par exemple, vos déplacements (vous allez détester les parties aquatiques !). Ou bien encore le système complexe de magie (glace, feu, électricité, poison, pierre, etc.) à laquelle les ennemis sont plus ou moins sensibles. Et pourquoi ne pas parler des super-pouvoirs que l’on peut occasionnellement déclencher et qui vont balayer tout ce qui se trouve à l’écran, en sacrifiant une partie de son corps ? Tout simplement parce que nous n’allons pas écrire des pages à propos de Soul Sacrifice, le mieux est d’essayer la démo jouable disponible sur le PlayStation Store.

D’un point de vue strictement technique, Soul Sacrifice tient la route. C’est plutôt joli, si l’on excepte quelques textures et un aliasing assez présent. L’animation ne faiblit jamais et c’est tant mieux, car l’action est bien plus nerveuse que dans un Monster Hunter (mais moins que dans Ragnarok Odyssey sur PS Vita). Soulignons aussi la direction artistique de très haute volée, de même que la réalisation sonore (avec des compositions de Yasunori Mitsuda à qui l’on doit les BO de Chrono Trigger, Tobal, Xenoblade...). Nous avons passé plus de vingt heures sur ce titre, sans en voir le bout. Et Sony compte bien scotcher les joueurs de longs mois encore, puisque les premiers DLC (gratuits) ont été mis en ligne il y a peu, et que d’autres arrivent. Il reste un point négatif à souligner : la petitesse des arènes, qui font que les niveaux se suivent et se ressemblent rapidement. On a l’impression de tourner un peu en rond.

Glauque et dérangeant, Soul Sacrifice n’en est pas moins captivant. C’est aussi un jeu mature qui ne prend pas les joueurs pour des chèvres, car le niveau de difficulté est plutôt relevé. Produit par le développeur emblématique Keiji Inafune (un ancien de Capcom), il met un sacré coup dans les roustons de la série Monster Hunter, référence du genre (de Capcom, aussi…) mais de plus en plus poussiéreuse. Et, que voulez-vous, lorsqu’un créateur donne une leçon à son précédent employeur, cela nous amuse…

Olivier B.






Soul Sacrifice sur PS Vita de type Action/RPG édité par Sony. Pour 1 à 4 joueurs. Prix : 40 €. Note : 4 sur 5




Discussion sur le forum Yaronet





Vous aimez cette page ? Partagez-en le lien !

Facebook

Twitter

LinkedIn

Reddit

Vous pouvez recopier librement le contenu de cette page ailleurs (en indiquant le lien de cette page), mais sans le modifier ni en faire un usage commercial. Ce contenu est sous licence Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License.
Creative Commons License

Play-Asia.com - Jeux 3DS

[homepage]  [RSS]  [archives]
[contact & legal & cookies]  © ACBM