Comment nous avons perdu 230 euros chez CJ Affiliate (Conversant)

vers Virus Info

Play-Asia.com - Jeux Switch

logo du site
[accueil]  [chercher]


2013-03-13 00:00
review/PS Vita

Doodle God


Lorsque nous avons lu la fiche descriptive de Doodle God, nous avons découvert l’accroche suivante : « Devenez un Dieu et maitrisez la puissance de la création ! Dans ce puzzle-game captivant ». Il n’en fallait pas plus pour que ces quelques mots résonnent dans nos têtes comme un appel à nos plus profonds instincts de gamers : peut-être avons-nous là le digne successeur de Populous ? Pour le savoir, il fallu dépenser les 5,99 € nécessaires à l’acquisition du titre. Erreur !

La découverte de Doodle God débute par la présentation des studios incriminés. Le premier, Joybits, inscrit fièrement « Mobile - Social - Casual » sous son nom, comme un mauvais slogan publicitaire des années 1970. Un Populous casual, cela doit se rapprocher d’un Black & White, nous nous en contenterons. Puis apparaît l’écran de 8 Floors Games connu pour... rien en fait. Quelques jeux de Majhong tout au plus et une incapacité à écrire correctement Android (et non « Andriod ») sur son site Web (sic !). Voilà pour les présentations.

Suit l’écran titre du jeu. A priori, quatre chapitres nous attendent. Prudents, nous sélectionnons le premier. Dans celui-ci, on nous demande de créer, à partir de quatre éléments de base (terre, air, feu, eau), les 100 éléments suivants. Ce nombre augmente jusqu’à 214, ce qui représente plus de 10 000 combinaisons possibles au total. Après quelques essais, on se rend compte que l’eau associée à la terre produit un marais. Puis, de fil en aiguille, qu’une voiture associée à l’air donne un avion. La mécanique de jeu est simple et le principe apparait comme le prix à payer pour devenir... Dieu. Ce premier chapitre est décevant, on pouvait s’attendre à mieux pour ce « puzzle god game ». Nous nous sommes donc lancés dans le chapitre 2, en espérant un gameplay différent. Après tout, on nous parle d’un jeu « captivant ». Las... La suite est du même acabit.

Doodle God vous donnera donc le loisir, durant les quatre chapitres, de cliquer sur deux éléments pour en obtenir un troisième jusqu’à plus soif. Après une heure de jeu, nous sentions les premiers spasmes et autres convulsions arriver, signes avant-coureurs d’un cerveau sur le point de fondre en raison d’une tâche répétitive et ennuyeuse. Où est le plaisir d’associer ainsi des objets, comme on mettrait un objet rond dans le trou rond du jouet de son neveu ?

D’un point de vue technique, nous avons un jeu à écran fixe et des icônes sélectionnable par des touches ou la zone de jeu. Pour la partie sonore, vous aurez le droit à une musique très « new age » accompagnée d’une voix anglaise commentant votre réussite ou échec. Autant dire que la PS Vita n’est absolument pas exploitée et on sent l’envie de faire un portage rapide d’un titre déjà trop bien vendu sur téléphones portables.

Pour jouer et vouloir terminer Doodle God, il faudra être un masochiste en manque d’émotions fortes. Pis, la version PS Vita se paye le luxe de faire moins que les autres versions avec des associations édulcorées (« homme + homme » donnait « sexe », mes Aïeux !), pour un prix bien évidemment plus élevé (1,79 € sur iPhone) ! Dites adieu aux rares surprises que Doodle God avait à proposer.

Manoloben







Doodle God sur PS Vita de type R�flexion édité par 4 hit LTD. Pour un joueur. Prix : 5,99 €. Note : 1 sur 5




Discussion sur le forum Yaronet





Vous aimez cette page ? Partagez-en le lien !

Facebook

Twitter

LinkedIn

Reddit

Vous pouvez recopier librement le contenu de cette page ailleurs (en indiquant le lien de cette page), mais sans le modifier ni en faire un usage commercial. Ce contenu est sous licence Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License.
Creative Commons License

Play-Asia.com - Jeux retro

[homepage]  [RSS]  [archives]
[contact & legal & cookies]  © ACBM