Comment nous avons perdu 230 euros chez CJ Affiliate (Conversant)

vers Virus Info

Play-Asia.com - Jeux Exclusifs

logo du site
[accueil]  [chercher]


2013-01-01 00:00
review/iPhone

Anomaly Korea


Anomaly Korea, la suite de Anomaly Warzone Earth, le meilleur jeu de tower defense inversé disponible sur iPhone et iPad (lire notre test), fait son grand retour grâce à la société polonaise 11 Bit Studios. L’effet de surprise du premier opus étant passé, cette nouvelle production est-elle à la hauteur de nos attentes ?

Anomaly Warzone Earth nous avait conduits sur un champ de bataille situé dans la ville de Bagdad. Des aliens avaient alors attaqué et envahi la Terre, prenant position dans les principales grandes villes de la planète. Rapidement, la résistance s’était organisée, avec notamment des convois d’attaque dont la mission consistait à reprendre le contrôle de sites stratégiques. Pour Anomaly Korea, on rempile une nouvelle fois car les robots venus d’ailleurs sont de retour... Cette fois, bien évidemment, on change de continent.

Pour les Coréens ?
Le choix de Bagdad comme premier théâtre des opérations nous avait paru quelque peu surprenant. S’agissant de la Corée, les développeurs nous ont confié avoir choisi ce pays car le marché du jeu vidéo mobile y est immense. Anomaly Korea est donc un appel du pied aux gamers asiatiques. On leur pardonnera bien volontiers cette petite « infidélité » car le titre s’avère excellent en tous points, même s’il s’agit finalement plus d’une version 1.5 que 2.0...

Sur la forme, Anomaly Korea est une reproduction très fidèle de son prédécesseur : il s’agit encore et toujours de diriger un convoi militaire qui se déplace sur des tracés prédéfinis, tout en devant abattre les tours offensives et défensives placées sur son chemin. Toute la stratégie d’Anomaly repose sur trois facteurs : les unités qui composent le convoi (tank léger, lourd, lance-missile, bouclier, etc.), le parcours que l’on établit en début de partie grâce à une carte tactique extrêmement bien faite (et que l’on peut changer en temps réel) et les bonus.

Ces derniers sont soit disponibles en début de partie, soit largués lorsque l’on détruit une unité ennemie. Leurs effets sont variés : augmentation de la puissance de tir, leurre pour concentrer temporairement les tirs ennemis, kit de réparation... Les effets sont temporaires et, surtout, ne concernent qu’une certaine zone. Il s’agit donc de bien viser, une petite erreur et patatras ! C’est toute la stratégie mise en place qui s’écroule. Heureusement, il y a des checkpoints réguliers si bien qu’on est pas obligé de recommencer à zéro à chaque fois. Lorsque l’on sait qu’une mission peut durer en moyenne 10 à 20 minutes, c’est appréciable...

Moins, c'est mieux ?
Au total, douze missions sont proposées (soit trois de moins que dans le jeu original). Le calcul est vite fait... Comptez trois à quatre heures pour finir le mode Campagne. Vient ensuite que nouveau mode Art of War, fait de défis spécifiques. Le point fort d’Anomaly Korea est le grand soin qui a été apporté aux missions, d’un point de vue scénaristique (rebondissements, voix digitalisées pour renforcer l’ambiance, etc.) que de la variété des objectifs à atteindre. C’est simple : s'il y a effectivement moins de niveaux que dans le premier opus, il n’y en a pas un seul qui se ressemble, chaque objectif étant bien distinct. L’introduction de nouveaux ennemis apporte également un petit vent de fraîcheur. Vous détesterez notamment cette immense tour offensive dont le pouvoir consiste à absorber le pouvoir de vos bonus activés, pour le transformer et ressusciter d’autres tours déjà détruites par vos soins... C’est très retors, tout particulièrement quand l’objectif consiste justement à tout détruire et qu’un chronomètre tourne ! Parfois, aussi, il faudra libérer une certaine zone pour pouvoir accéder à d’autres. Au final, tout au long de la campagne, on ne s’ennuie pas un seul instant.

Techniquement, Anomaly Korea passe au niveau supérieur, même si cela ne saute pas à l’œil immédiatement. Les décors sont plus variés, plus riches. La 3D prend de « l’épaisseur », avec des bâtiments et autres éléments qui peuvent couvrir partiellement la zone de jeu. Dans une mission par exemple, on attaquera dans une immense usine. Lorsque des bouts de toit dévasté couvriront la zone de jeu, non seulement vous verrez moins bien l’action, mais en plus les ravitaillements aériens seront momentanément impossibles. Dans d’autres cas, des bâtiments trop élevés pourront empêcher un feu nourri... A vous de bien choisir par quel côté vous allez donc attaquer. Vous l’aurez compris, Anomaly Korea s’améliore aussi en matière de level design et les décors peuvent avoir un impact significatif sur la victoire... ou la défaite. Deux regrets à formuler : l’absence d’un mode multi-joueurs - dont le concept reste à imaginer - et l’impossibilité d’accélérer le défilement du temps dans le jeu. On chipote, mais c'est parfois un peu agaçant.

Un dernier point : la bande sonore est excellente et le jeu est proposé en français, pour ce qui est des textes. Si avec tout cela ne n’avons pas réussi à vous convaincre de dépenser 2,39 € pour cette petite bombe iOS, c’est à n’y rien comprendre !

Olivier B.








(Version testée : 1.0 sur iPhone 5)




Anomaly Korea sur iPhone de type Tower defense édité par Chillingo. Pour un joueur. Prix : 2,69 €. Note : 5 sur 5




Discussion sur le forum Yaronet





Vous aimez cette page ? Partagez-en le lien !

Facebook

Twitter

LinkedIn

Reddit

Vous pouvez recopier librement le contenu de cette page ailleurs (en indiquant le lien de cette page), mais sans le modifier ni en faire un usage commercial. Ce contenu est sous licence Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License.
Creative Commons License

Play-Asia.com - Jeux retro

[homepage]  [RSS]  [archives]
[contact & legal & cookies]  © ACBM