Comment nous avons perdu 230 euros chez CJ Affiliate (Conversant)

vers Virus Info

Play-Asia.com - Jeux retro

logo du site
[accueil]  [chercher]


2012-12-03 00:00
review/iPhone

Bladeslinger Ep.1


D’après Unity, la société productrice du célèbre moteur 3D éponyme, le nouveau jeu d’action Bladeslinger serait la nouvelle référence en matière de jeu mobile en trois dimensions. Le titre, produit par les studios Kerosene et Luma Arcade, est vraiment très beau, c’est vrai. Mais pour autant, est-il bon ?

Nous voilà plongé dans un jeu d’action/aventure à la troisième personne. Bladeslinger nous met aux commandes de William Glaston, un natif de la ville de Hammer’s Peak. Après une longue guerre, le voici de retour au pays... Sauf que le soldat se rend rapidement compte que plus rien n’est comme avant et qu’il va devoir mettre de côté ses rêves de retraite bien méritée. La ville, fortifiée car située dans une sorte de Far West sauvage, est déserte. Quoique, pas tout à fait : à peine les portes de la ville passées qu’un énorme monstre agresse William Glaston. Un mutant humanoïde. Quelques coups de fusil à pompe et de lame acérée, et on n’en parle plus. Cinquante mètres plus loin, rebelote, mais ils sont deux cette fois. Un peu plus loin encore, en voilà d’autres !

Et ainsi de suite. De temps à autres, une séquence cinématique fait avancer le scénario. L’action se révèle assez rapidement répétitive, bien que la panoplie de coups soit très variée (nous y reviendrons plus tard). En fait, il s’agit le plus souvent de relier un point A à un point B, sans autre surprise que de découvrir quel sera le prochain monstre à vous tomber dessus. Tout ceci n’a rien de rédhibitoire : après tout, ne s’agit-il pas du principe de base de tout beat’em all 3D ?

Non, ce qui pêche réellement avec Bladeslinger, ce sont d’une part les contrôles, d’autre part le système de progression et de survie du personnage. Abordons d’abord le premier point. Sans doute les développeurs ont-ils voulu trop en faire sur nos iPhone et iPad. Le héros peut frapper avec différentes armes, se déplacer à 360°, effectuer des roulades, utiliser des pouvoirs spéciaux (des cartes à ramasser/acheter), effectuer des « fatalités » en traçant des symboles à l’écran... Tout cela à la fois, ou presque. Rapidement, le joueur se trouve débordé, d’autant plus que plusieurs ennemis peuvent attaquer simultanément. Les développeurs pensaient sans doute avoir trouvé la parade avec un système assez original, il faut bien le reconnaître : lorsqu’un ennemi n’est plus visible à l’écran, un icône indique sa position et s’il est sur le point d’attaquer. En cliquant dessus, le personnage se tourne automatiquement vers le nouvel adversaire. Seulement voilà, les contrôles sont tellement fouillis qu’il est extrêmement difficile de faire face à plusieurs montres à la fois. On se retrouve à essayer de frapper celui qui est le plus éloignée alors qu’en réalité, on voudrait atteindre l’autre... Des problèmes de placement de caméra ne simplifient pas la tâche du joueur.

Tout ceci a une conséquence inévitable - outre l’agacement généré -, c’est que l’on perd beaucoup trop de points de vie par mégarde. Pour refaire le plein, il s’agit de consommer le contenu de fioles. Fioles que l’on achètera à prix d’or... Ou que l’on gagne en quantité insuffisante. Vous voyez sans doute déjà où nous allons en venir : au bout d’une demi-heure d’exploration, le jeu vous propose déjà de passer à la caisse pour un DLC payant (achat d’argent virtuel contre vrais euros). Et lorsque l’on a déjà déboursé 2,69 € pour se procurer Bladeslinger, la pilule à du mal à passer... Encore plus lorsqu’on s’intéresse à la vaste gamme de DLC proposés : de 0,89 € à 89 € ! Et puis quoi encore ?

Alors oui, Bladeslinger dispose d'un fort potentiel. Oui, il flatte la rétine. Et oui, Bladeslinger bénéficie d’une ambiance soignée et d’une réalisation sonore d’un niveau que l’on aimerait voir plus souvent. Mais le potentiel du titre est quelque peu gâché par des mécaniques de jeu crispantes. D’autres épisodes seraient en cours de développement. Pour ceux-là, les studios Kerosene et Luma Arcade auraient tout intérêt à corriger le tir.

Olivier B.





(Version testée : 1.0.0 sur iPhone 5)



Bladeslinger Ep.1 sur iPhone de type Action édité par Kerosene et Luma Arcade. Pour un joueur. Prix : 2,69 €. Note : 3 sur 5




Discussion sur le forum Yaronet





Vous aimez cette page ? Partagez-en le lien !

Facebook

Twitter

LinkedIn

Reddit

Vous pouvez recopier librement le contenu de cette page ailleurs (en indiquant le lien de cette page), mais sans le modifier ni en faire un usage commercial. Ce contenu est sous licence Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License.
Creative Commons License

Play-Asia.com - Jeux 3DS

[homepage]  [RSS]  [archives]
[contact & legal & cookies]  © ACBM