Comment nous avons perdu 230 euros chez CJ Affiliate (Conversant)

vers Virus Info

Play-Asia.com - Jeux 3DS

logo du site
[accueil]  [chercher]


2012-02-20 00:00
review/PS Vita

WipEout 2048


S'il y a bien un jeu vidéo dont l'image est très fortement associée à la marque PlayStation, c'est indéniablement WipEout. Peut-être même plus qu'un Gran Turismo pour les joueurs les plus anciens. Pourtant, depuis le succès foudroyant du premier opus sur la PlayStation première du nom (1995), le studio Psygnosis - depuis racheté par Sony sous le nom de SCE Studio Liverpool - n'a jamais renouvelé l’exploit, en raison notamment d’un certain manque d’inspiration. Pour autant, le jeu de course futuriste est resté cher dans le cœur de bien des joueurs. Lorsque nous avions rencontré les développeurs de WipEout 2048 à la Gamescom 2011, ils nous avaient confié placer de grandes attentes dans ce jeu emblématique, sans doute dans l'espoir de « rebooter » la série. De notre point de vue, c'est réussi.

Pourtant, WipEout 2048 n’est qu’une version améliorée de WipEout HD, paru en 2008 sur PlayStation 3. Cela commence par une magnifique séquence introductive très inspirée, où l’on découvre l’évolution des courses automobiles à travers le temps jusqu’à ce fameux futur proche où le volant a disparu pour laisser place à des manettes et où les roues ont été bannies des pistes pour laisser apparaître de véritables fusées en suspension à quelques dizaines de centimètres du sol. Si les accidents sont très rares, les destructions totales ou partielles le sont moins : dans l’univers de WipEout, les armes offensives ou défensives sont autorisées. A ce sujet, rien de bien nouveau, nous ne nous y attarderons donc pas. Parlons plutôt de la difficulté très relevée : les développeurs nous avaient prévenus lors de notre preview, l’intelligence artificielle des concurrents a été revue à la hausse, avec des comportements bien plus agressifs. Il en résulte un WipEout 2048 dur, voire très dur, que seuls les mordus parviendront à maîtriser.

Du DLC à prévoir ?
Du coup, cet aspect vient un peu contrebalancer la relative pauvreté en matière de contenus, avec seulement une dizaine de pistes uniques disponibles. La difficulté élevée rend aussi le nouveau mode de contrôle (par inclinaison de la console, l’écran tactile servant à activer les armes, en plus du pavé tactile arrière pour accélérer) totalement inefficace. On en restera aux traditionnels boutons donc. Dans l’ensemble, la durée de vie de cet opus est excellente : le principal mode de jeu, Carrière, ne se termine pas si facilement que cela et, s’il est possible de sauter certaines étapes, l’obligation de gagner des points d’expérience pour débloquer tous les vaisseaux proposés rend en réalité la validation de toutes les épreuves quasi-obligatoire. On en dénombre une demi-douzaine de variantes : l’épreuve classique (arriver premier), le contre-la-montre, les objectif de points (endommager et détruire un maximum de vaisseaux adverses), la zone (le vaisseau accélère tout seul lorsque l’on ne rencontre pas d’obstacles et l’on gagne ainsi des points), etc. Passionnant, d’autant plus que ce mode peut être joué en ligne.

La connectivité justement, parlons-en. A ce niveau, WipEout 2048 fait très fort. Il y a bien sûr du multi-joueurs en local, mais aussi par Internet, jusqu’à huit compétiteurs. La connexion est de qualité, reste à savoir si elle le sera encore lorsque des dizaines (centaines ?) de milliers de joueurs occidentaux tenteront de se connecter aux serveurs simultanément. Au programme aussi : du cross-platform avec WipEout HD sur PlayStation 3, sur les circuits partagés avec WipEout 2048. Cette fonctionnalité n’était, malheureusement, pas encore accessible lors de notre test.

Ébouriffante démonstration technique
Au-delà de ces aspects, WipEout 2048 était aussi très attendu sur le plan technique. Comme on pouvait s’y attendre, le titre est une incroyable démonstration de puissance. Il y a un jeu PlayStation 3 dans la boîte et, si ce n’est pas le cas, l’illusion est en tous cas au rendez-vous. Tout ce qui est affiché à l’écran bénéficie d’un luxe de détails, des textures des vaisseaux aux riches décors futuristes. La structure des pistes, elle aussi, est très intéressante, avec de nombreux embranchements secondaires que la console gère les doigts dans le nez. Histoire d’en rajouter une couche, les effets spéciaux impressionnent.

Avec tout ce qui est affiché à l’écran, on aurait pu craindre des ralentissements. Mais non : tout est parfaitement fluide en toutes circonstances. Et surtout : c’est très, très rapide ! Le seul point agaçant est à relever du côté des temps déchargement, parfois jusqu’à 50 secondes pour lancer une course ! C’est vraiment trop. Pour finir, un petit mot sur la bande sonore, qui a toujours été l’un des points forts de la série. Nous n’avons pas été déçus : The Chemical Brothers, Prodigy, Kraftwerk... Du lourd, de l’incontournable qui colle au genre à la perfection. Bravo !

Les développeurs de SCE Studio Liverpool ont maîtrisé leur partition à la perfection pour leur premier jeu PS Vita. Il en résulte un jeu éblouissant à placer sans l’ombre d’un doute dans le Top 3 de la console pour son lancement sur le territoire européen. Aux cotés d’Uncharted, comme vous pouvez vous en douter, mais aussi de... La réponse dans nos prochains tests !

Olivier B.


Les images présentées ci-dessus ont été fournies par l'éditeur. Elles reflètent assez fidèlement la qualité graphique du titre sur PS Vita.





WipEout 2048 sur PS Vita de type Course édité par Sony. Pour 1 à 8 joueurs. Prix : 40 €. Note : 4 sur 5






Discussion sur le forum Yaronet





Vous aimez cette page ? Partagez-en le lien !

Facebook

Twitter

LinkedIn

Reddit

Vous pouvez recopier librement le contenu de cette page ailleurs (en indiquant le lien de cette page), mais sans le modifier ni en faire un usage commercial. Ce contenu est sous licence Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License.
Creative Commons License

Play-Asia.com - Jeux retro

[homepage]  [RSS]  [archives]
[contact & legal & cookies]  © ACBM