Comment nous avons perdu 230 euros chez CJ Affiliate (Conversant)

vers Virus Info

Play-Asia.com - Jeux retro

logo du site
[accueil]  [chercher]


2011-11-28 00:00
review/Nintendo 3DS

Shinobi


Si la licence Shinobi aura fait des miracles pour Sega sur les consoles 8 et 16 bits - et dans une moindre mesure sur Saturn - il faut bien reconnaître qu’elle a perdu de sa superbe. Et ce, malgré une intéressante tentative de résurrection sur PlayStation 2, il y a quelques années, tout en 3D mais boudée par beaucoup de joueurs. Pour le retour surprise du célèbre jeu d’action et plate-forme, le développeur nippon a donc opté pour la 3DS, en effectuant plusieurs choix étonnants.

Le premier de ces choix fut de ne pas développer Shinobi en interne. En effet, cet opus a été confié au studio américain Gryptonite Games dont les équipes s’étaient fait connaître jusqu’à présent par des développements que l’on pourrait presque qualifier de seconde zone, souvent des adaptations de licences célèbres pour des sociétés tierces. Mais là, il s’agissait d’un véritable projet-passion selon Sega, qui a fini par être séduite par les arguments de la société.

Le second choix original fut de conserver un affichage en 3D... Mais un gameplay plus classique en 2D. Après réflexion, rien de bien surprenant : il s’agit d’exploiter correctement toutes les capacités techniques de la 3DS, notamment son affichage en relief. Le déroulement du jeu reste très similaire à ce que nous avons connu sur Mega Drive par exemple, avec l’exploration de niveaux fortement inspirés du Japon médiéval, d’autres niveaux à plus forte valeur technologique (hélicoptères, lances-roquettes...), etc. Même constat pour les armes de notre ninja : outre le katana, on retrouve les Kunai ou bien encore le fameux grappin. Les fans de la série retrouveront avec bonheur le double-saut permettant d’atteindre des hauteurs importantes ou bien encore la capacité de s’accrocher aux parois.

Dans un bon Shinobi, tout est question de timing. Et comme il est si bien dit dans l’introduction, dans un combat, le coup le plus important est le premier car c’est celui qui doit... tuer ! Les affrontements sont donc en général très courts et la maladresse ne pardonne guère. D’ailleurs, le bouton de parade doit être pressé à un moment précis et ne permet de parer qu’un seul coup à la fois... Autant dire que vous allez devoir rapidement apprendre à maîtriser les différents enchaînements et systèmes d’esquives. Pas de panique : ce Shinobi propose plusieurs niveaux de difficulté, dont un pour les nuls avec vies infinies (mais l’obligation de réussir toutes les scènes, ce qui ne sera pas une sinécure). Nous passons sous silence le système de scoring qui est lui aussi lié au timing et qui n’intéressera que les dingues du pad en quête de records qui ne pourront même pas être partagés avec le reste du monde : autant dire qu’il s’agit d’une espèce en voie de disparition.

Non, il n’y a pas besoin de cela pour s’amuser dans Shinobi. Les niveaux, ni trop courts, ni trop longs, permettent de s’amuser comme il faut et d’enchaîner plusieurs environnements à chaque partie. Les boss sont à l’ancienne, c’est-à-dire retords et implacables. Gryptonite Games a pensé à inclure des niveaux bonus (toujours en 3D), comme cette course à cheval qui rappellera quelques souvenirs aux vieux de la veille, tandis qu’une autre séquence, à dos d’avion (!) constituera un savoureux clin d’œil à un autre succès de Sega de l’époque, After Burner. Aucun doute, les développeurs américains sont des fans purs et durs de la société au hérisson bleu. On notera aussi que le titre trahit quelque peu ses origines au travers de toutes les scènes intermédiaires, dessinées à l’américaine façon comics. Le coup de crayon est honorable, mais franchement, la narration n’a ni queue ni tête - ce qui explique aussi pourquoi nous ne nous attardons pas dans ce test sur le scénario qui ne nous a pas semblé être d’un intérêt extraordinaire. A vrai dire, on s’en moque et rapidement, on se concentre sur l’action, mise en valeur par une composition musicale variée, pouvant aller du rock à de l’électro en passant par des morceaux japonais plus traditionnels.

Un dernier mot sur la réalisation technique. La 3D de Shinobi, plutôt rudimentaire, ne fait franchement pas honneur à la 3DS. Le rendu est « pixélisé », tandis que les décors trahissent une modélisation des plus sommaires. Sur des images fixes, le résultat est franchement peu avenant. En pleine action, cela passe un peu mieux. Ce côté visuel plutôt moyen a même quelques avantages : l’ensemble reste toujours fluide et permet même quelques plans de caméras audacieux. Bon, il n’y a pas là de quoi casser trois pattes à un canard et, sur ce point là disons-le franchement, le titre déçoit.

Qu’on se le dise : Shinobi sur 3DS est un jeu vidéo développé par des fans à l’attention des fans. Si ce n’est pas encore le jeu tant attendu qui relancera la série et qui la placera au niveau d’un Ninja Gaiden (Tecmo), c’est un bel hommage et c’est déjà pas mal.


Olivier B.







Shinobi sur Nintendo 3DS de type Plates-formes édité par Sega. Pour un joueur. Prix : 40 €. Note : 4 sur 5






Discussion sur le forum Yaronet





Vous aimez cette page ? Partagez-en le lien !

Facebook

Twitter

LinkedIn

Reddit

Vous pouvez recopier librement le contenu de cette page ailleurs (en indiquant le lien de cette page), mais sans le modifier ni en faire un usage commercial. Ce contenu est sous licence Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License.
Creative Commons License

Play-Asia.com - Jeux 3DS

[homepage]  [RSS]  [archives]
[contact & legal & cookies]  © ACBM