Comment nous avons perdu 230 euros chez CJ Affiliate (Conversant)

vers Virus Info

Play-Asia.com - Jeux Exclusifs

logo du site
[accueil]  [chercher]


2011-05-27 00:00
review/Nintendo 3DS

Steel Diver


Au XXe siècle, une nouvelle guerre éclate. Pour préserver la paix, une équipe de sous-marin d’élite nommée Steel Diver se lance dans des opérations de maintien de la paix. Voila pour le pitch, court et déjà éculé. Il est présenté sous la forme d’un texte défilant sur votre écran. Pour la cinématique qui met dans l’ambiance, on repassera. Ce sera la même chose pour chacune des missions proposées, un court descriptif de l’objectif et c’est tout !

Concrètement, dans Steel Diver, il n’y aura que deux types d’objectif : atteindre le point d’arrivée ou atteindre le boss puis le détruire. C’est donc vite vu. Le mode Mission est intéressant mais pas vraiment enthousiasmant. On pilote un sous-marin avec un tableau de bord sur l’écran inférieur. Différents curseurs vous permettent de choisir la profondeur, la vitesse et le sens de déplacement, mais aussi de lancer vos torpilles et, dans deux des trois sous-marins proposés, modifier l’assiette. Pensé d’avantage comme une simulation, on sent véritablement l’inertie et la lourdeur de l’engin. L’anticipation est le maître-mot. Sauf que l’écran supérieur, trop zoomé sur le sous-marin, ne vous offre pas la visibilité nécessaire. La carte vous affiche bien le contour du fond à l’avance, mais pas la présence des ennemis, ni de leur tir. Il y a donc un effet de surprise que l’inertie de votre casserole sous-marine ne vous permet pas de bien appréhender. Recommencer les niveaux s’avère parfois nécessaire pour mémoriser la présence des ennemis. Un apprentissage par l’échec d’autant plus frustrant qu’il a semble-t-il été pensé pour.

Outre les sept missions de la campagne, vous trouverez huit courses contre la montre. Dans ces dernières, aucune mise en scène, on doit simplement aller du point A au point B en un minimum de temps. Il n’y a pas d’ennemis, mais des obstacles à éviter. Dans ces missions, la 3D relief n’apporte pas grand-chose de plus puisque le sous-marin est tout le temps dans le même plan. Sur le plan graphique, on est d’ailleurs loin de la prouesse. Enfin, la bande sonore met dans l’ambiance avec des « glouglous » réguliers. Ils ne manqueront pas de donner envie d’aller au petit coin à votre entourage ! Bref rien qui n’aurait pu être fait sur DS.

Bien conscient que ce mode, seul, aurait été insuffisant pour un jeu DS, Nintendo a donc ajouté le mode Périscope qui lui profite un peu de la 3D en relief mais surtout du gyroscope pour ajuster la visée. On voit donc les ennemis alentours par l’objectif du sous-marin. Une fois la cible ajustée sur la trajectoire du bâtiment ennemi, on tir depuis l’écran inférieur. Pour ajuster la visée, on tourne sur soi-même en explorant les 360°. Amusant au début, on a véritablement le sentiment de jouer de façon différente. Le principe s’essouffle assez rapidement. Les trois niveaux proposés ne tiennent pas en haleine très longtemps. Graphiquement, on est surpris de voir des modélisations 3D des bâtiments ennemis aussi pauvres. Pis, l’effet de marches d’escaliers est prononcé. La 3DS est capable de faire bien mieux d’autant plus qu’avec avec un fond marin hyper répétitif ses capacités sont largement sous exploitées.

Le mode Bataille navale a certainement été conçu comme le vrai booster de la durée de vie. Sur une carte affreuse en 2D, on choisit l’une des dispositions types de sa flotte. Chacun des deux joueurs envoie son sous-marin dans le camp ennemi pour dégommer le navire de transport et éventuellement son escorte. Quand le sous-marin arrive sur la case d’un bâtiment ennemi, on bascule en mode périscope. On regrettera que le sous-marin ennemi soit quasiment invisible dans ce mode et ne permette pas de réel combat de sous-marins à armes égales. Finalement, il n’y a que peu de choix stratégiques et cela s’avère bien insuffisant pour conserver notre intérêt. Si l’on peut jouer contre un adversaire humain, il faut impérativement une autre 3DS (mais une seule cartouche du jeu) et il n’y a pas de jeu en ligne possible.

Présenté pour la première en 2004 comme une démonstration technique de la Nintendo DS, Steel Diver a finalement attendu la 3DS pour atteindre les rayons de nos magasins sous la forme d’un vrai jeu. On comprend désormais pourquoi. Malgré le patchwork de modes de jeu - n’ayant aucune unité entre eux -, cela manque de profondeur pour un titre tout de même vendu en rayon à 45 euros. C’est seulement la faiblesse du catalogue actuel qui permet au titre d’esquiver la torpille fatale et de garder une note juste au dessus de la ligne de flottaison. Autant dire que dans quelques mois, quand les vrais hits seront là, Steel Diver rejoindra bien vite les abysses de nos mémoires pour ne plus jamais refaire surface.

Fabrice A.







Steel Diver sur Nintendo 3DS de type Action édité par Nintendo. Pour 1 à 2 joueurs. Prix : 45 €. Note : 3 sur 5






Discussion sur le forum Yaronet





Vous aimez cette page ? Partagez-en le lien !

Facebook

Twitter

LinkedIn

Reddit

Vous pouvez recopier librement le contenu de cette page ailleurs (en indiquant le lien de cette page), mais sans le modifier ni en faire un usage commercial. Ce contenu est sous licence Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License.
Creative Commons License

Play-Asia.com - Jeux Exclusifs

[homepage]  [RSS]  [archives]
[contact & legal & cookies]  © ACBM