Comment nous avons perdu 230 euros chez CJ Affiliate (Conversant)

vers Virus Info

Play-Asia.com - Jeux Vita

logo du site
[accueil]  [chercher]


2010-12-20 23:43
review/iPhone

Infinity Blade


Depuis des millénaires, un Dieu-Roi gouverne le monde d’une poigne de fer. Sa puissance et ses sbires terrorisent la population. Quelques héros téméraires tentent de prendre d’assaut son repaire, la Citadelle des ombres, en affrontant les pires horreurs qui s’y trouvent, espérant enfin pouvoir atteindre finalement le Dieu-Roi lui-même. Jusqu’à présent, personne n’y est encore parvenu, des titans barrant tous les accès de la tour. Génération après génération, les héros meurent donc sur les remparts des lieux. A vous de changer le cours de l’histoire !

Infinity Blade est une production de Chair Entertainment et d’Epic Games. Un jeu d’action et de rôle particulièrement attendu par les fans d’iPhone depuis la sortie de la démonstration technologique Epic Citadel. Un développement qui a mis tout le monde d’accord : les iPhone et iPod Touch de dernière génération sont des bombes de puissance trop rarement exploitées, largement capables de faire tourner des jeux d’une qualité équivalente à ceux que l’on pouvait trouver sur Xbox 1 par exemple. C’est ce qu’est Infinity Blade : la production la plus renversante existante à ce jour sur plates-formes iOS.

On a beau jouer sur le petit écran de l’iPhone, les graphismes en mettent plein la vue, aussi bien en termes de textures, de modélisation que d’animations. Et pour cause : c’est le premier jeu pour iOS à utiliser le moteur Unreal Engine 3 d’Epic Games. Nous apprenions également il y a quelques jours qu’Infinity Blade a débuté sa vie comme projet Xbox 360 sur Kinect. Ceci expliquant sans doute cela. Mais intéressons-nous un peu au concept du jeu, à la fois décevant, novateur et accrocheur ! Oui, tout cela à la fois...

Environnements fermés
Décevant, car les environnements à explorer son dix fois moins vastes que ceux de la démonstration Epic Citadel. Pis, là ou nous avions une liberté de déplacement totale, il faut désormais se contenter d’aller un point à un autre, sans même avoir la possibilité de revenir sur ses pas. Déception aussi, car le côté RPG promis par le développeur est limité à sa plus simple expression. Level up quasi-automatique, gestion d’un petit inventaire... Mais où se trouve donc l’intérêt d’Infinity Blade alors ?

Outre ses graphismes, tout l’intérêt du titre réside dans son système de combat. Lorsque l’on va à la rencontre d’un adversaire, l’affrontement démarre. Un face à face qui ne vous laissera aucun répit. Les coups pleuvent, qu’ils soient donnés ou encaissés. Plusieurs techniques vous permettront de venir à bout de vos adversaires. La plus simple consiste à encaisser les coups avec votre bouclier, jusqu’à déséquilibrer un court instant l’attaquant. Simple et efficace, cette méthode trouve sa limite dans le fait que votre bouclier n’a pas une durée de vie illimitée et que sa résistance faiblit sous les assauts.

Une autre méthode consiste à anticiper les coups de l’adversaire et à frapper un moment opportun pour le bloquer. Là aussi, au bout de quelques réussites, l’ennemi est désarçonné quelques instants. Enfin, vous avez également la possibilité de vous déplacer latéralement pour esquiver. Après, on a toute une panoplie de coups, d’enchaînements et de « combos » pour parvenir à ses fins. Ainsi qu’un coup spécial et quelques sorts, en fonction de l’équipement magique porté. Des affrontements renversants qui ne manqueront pas de vous injecter une bonne dose d’adrénaline. Les titans sont de véritables monstres en armure, au character design particulièrement réussi. Orcs géants, armures fantômes, chevaliers mystérieux... Toute la panoplie de l’heroic fantasy classique y passe pour notre plus grand plaisir. On pourra bien leur reprocher de disposer d’une intelligence artificielle très limitée et de techniques de combat prédéfinies, les sensations sont bien au rendez-vous.

30 minutes de jeu ?
La question de la durée de vie d’Infinity Blade est épineuse. Nous avons là un jeu vendu pour cinq euros et qui peut se terminer en trente minutes. Oui presque : vous arriverez au bout du jeu en trente minutes, certes, mais vous perdrez systématiquement face au Dieu-Roi. Ce dernier étant trop fort, il vous tuera en quelques instants lors des premières parties. Vous recommencerez l’aventure alors une vingtaine d’années plus tard, avec votre descendant... ainsi que le même équipement et les mêmes caractéristiques. Incohérent au possible ! Pour autant, on se prend tout de même au jeu, car les combats sont réellement jouissifs et l’on a envie de faire progresser son personnage en level (40 maximum, 45 dans la prochaine mise-à-jour) ainsi qu’en équipement.

Comptez trois à quatre heures pour parvenir à défaire le Dieu-Roi (avec une fin surprenante !) et une dizaine en tout pour améliorer son personnage à la perfection. Ce qui ne sera pas forcément une chose inutile : de très nombreuses mises-à-jour sont annoncées - une première ces jours-ci, d’autres en 2011. Elles prolongeront l’expérience de jeu de toutes les manières imaginables : nouvelles armes et armures, nouveaux ennemis, nouvelles zones du château à explorer, multi-joueurs en ligne et bien d’autres choses encore. Gageons que le développeur, Chair Entertainment tiendra ses promesses à ce niveau là. En partant de ce principe, Infinity Blade est l'une des sensations 2010 de l’iPhone !

Olivier B.





(Version testée : 1.0 sur iPhone 4)




Infinity Blade sur iPhone de type Action/RPG édité par Epic Games. Développé par Chair Entertainement. Pour un joueur. Prix : 4,99 €. Note : 4 sur 5





Vous aimez cette page ? Partagez-en le lien !

Facebook

Twitter

LinkedIn

Reddit

Vous pouvez recopier librement le contenu de cette page ailleurs (en indiquant le lien de cette page), mais sans le modifier ni en faire un usage commercial. Ce contenu est sous licence Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License.
Creative Commons License

Play-Asia.com - Jeux Vita

[homepage]  [RSS]  [archives]
[contact & legal & cookies]  © ACBM