Comment nous avons perdu 230 euros chez CJ Affiliate (Conversant)

vers Virus Info

Play-Asia.com - Jeux Vita

logo du site
[accueil]  [chercher]


2010-11-27 00:00
review/Nintendo DS

Ivy the Kiwi ?


La DS, grâce à son stylet, a ouvert le jeu de plates-formes à un nouveau type de gameplay. Démocratisé par Kirby : le pinceau du pouvoir et Yoshi Touch & Go, le principe est simple : on trace les plates-formes sur lesquels son personnage avance, automatiquement le plus souvent. C’est ce système qu’a repris Yuji Naka, le créateur de Sonic, pour ce Ivy the Kiwi ?.

Le jeu vous propose de tendre des branches de lierre sous les pattes de la petite créature Ivy. En effet, le petit oiseau qui sort tout juste de son œuf part instantanément à la recherche de sa maman. Encore englué dans sa coquille d’œuf, il s’avère que cet oiseau ne sait pas voler, seulement courir et marche inlassablement vers son but. Votre aide lui est donc indispensable pour le guider à travers les nombreux pièges et les mauvaises rencontres.

L’écran du haut de la DS vous indique le plan du niveau. Vous tirez donc vos branches de lierre sur l’écran du bas. Le plus souvent, ce sera pour créer une plate-forme ou dresser un mur de protection. Mais pas seulement. Tant que votre stylet est en contact l’écran, vous pouvez modifier l’inclinaison et la longueur du lierre. Un arc de cercle peut donc projeter Ivy, ou même un rat ennemi, en avant ou dans les airs. Une fois le lierre tracé, vous pouvez encore le tendre comme la corde d’un arc pour projet le petit kiwi dans les airs, dans une attaque torpille bien utile contre les ennemis ou pour briser certains murs (mais cette attaque n’est pas si facile à orienter). Progressivement, les 50 niveaux proposés gagnent en complexité, avec notamment un rocher rond pratique, là encore, pour casser des murs ou neutraliser les ennemis. Il vous faudra jongler entre lui et votre oiseau pour faire avancer la paire.

La réalisation de Ivy the Kiwi ? fait plaisir car, s’il n’y a pas d’étincelles sur le plan technique, les choix artistiques sont cohérents à tous les niveaux pour un rendu final très agréable. Le choix des couleurs chaudes avec une dominance de beige, ocre et gris joue beaucoup. Le merveilleux de l’histoire est ainsi mis en avant comme si elle était issue d’un vieux grimoire aux images jaunies par le temps. Les compositions musicales sont de qualité, à la fois discrètes et entraînantes. Enfin, la maniabilité au stylet est excellente. Il y a tout de même une petite courbe d’apprentissage à passer, mais le jeu reste très accessible.

La (trop) grande accessibilité du jeu sera une force pour les joueurs les plus jeunes, cœur de cible du titre. Les joueurs aguerris, eux, devront collecter à chaque nivaux les dix plumes dispersées pour ne pas finir le jeu en moins de deux heures. La durée de vie passe alors à environ de quatre à cinq heures. Il est ensuite possible de refaire chaque niveau en un temps record pour obtenir une médaille d’or, mais il n’est pas sûr que cela stimule le plus grand nombre. La version cartouche offre 50 niveaux bonus par rapport à la version DSiWare du titre, également disponible. Mais ne vous y trompez pas : il ne s’agit là que d’une version un peu plus difficile des 50 premiers niveaux précédemment évoqués, avec des pics supplémentaires par-ci, une salle secrète supplémentaire par-là. Le challenge est donc moins palpitant. Le développeur du titre, Prope, a fait l’effort d’un mode multi-joueurs. Il est possible d’y jouer avec une cartouche par DS mais aussi à partir d’une seule cartouche, en game sharing. Par ailleurs, on regrettera le manque de progression du personnage principal ou de notre fameux lierre qui n’évolue pas au fil du jeu. Il n’offre que peu de nouvelles possibilités. Enfin, les ennemis sont peu variés puisqu’il n’y en a que de deux types : les rats et les corbeaux. Des points qui auraient clairement pu être complétés.

Ivy the Kiwi ? est au final un excellent divertissement : il apporte de la fraîcheur grâce à son lot de bonnes idées ajoutées à un gameplay encore peu utilisé. Les niveaux sont bien pensés et offrent une aventure intéressante et amusante. Finalement, la meilleure option pour celui qui n’est pas intéressé par le mode multi-joueurs sera de prendre le jeu en version DSiWare. Cette dernière ne propose que le jeu « solo » avec les 50 premiers niveaux. Mais, sortie une semaine après la version cartouche, elle n'est vendue que 500 points (soit 5 euros). Fort de ce prix très bas cette version DSiWare mérite une note de 5/5 !

Fabrice A.







Ivy the Kiwi ? sur Nintendo DS de type Plates-formes édité par Rising Star Games. Pour un joueur. Prix : 30 €. Note : 4 sur 5







Vous aimez cette page ? Partagez-en le lien !

Facebook

Twitter

LinkedIn

Reddit

Vous pouvez recopier librement le contenu de cette page ailleurs (en indiquant le lien de cette page), mais sans le modifier ni en faire un usage commercial. Ce contenu est sous licence Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License.
Creative Commons License

Play-Asia.com - Jeux Switch

[homepage]  [RSS]  [archives]
[contact & legal & cookies]  © ACBM