Comment nous avons perdu 230 euros chez CJ Affiliate (Conversant)

vers Virus Info

Play-Asia.com - Jeux Exclusifs

logo du site
[accueil]  [chercher]


2010-10-18 00:45
review/iPhone

Ultimate Spider-Man Total Mayhem


Dans Ultimate Spider-Man Total Mayhem, le premier jeu iPhone mettant en scène le super héros de Marvel, de nombreux efforts ont été faits pour varier les plaisirs. Le titre de Gameloft est un mélange de beat’em all et de plates-formes, mais pas seulement. D’autres types de séquence de jeu ont été ajoutés pour notre plus grand plaisir.

S’appuyant sur la licence de l'homme araignée, le développeur français nous propose ainsi de traverser la ville en se baladant entre les gratte-ciels, de liane en liane ou plutôt de toile en toile. Il en résulte un sentiment d’aisance qui arrive bien à retranscrire cette agilité qui fascine tant chez Spiderman. Alors, forcément, on espère pouvoir bénéficier de la même liberté que lui mais, malheureusement, il n’en est rien. Les séquences de saut sont complètement « scriptées », votre toile devant s’accrocher à tel ou tel crochet.

On note aussi des séquences de glisse genre skateboard ou encore des phases d’escalades sur un mur. La présentation de ces cessions se fait sur un plan 2D (bien que le titre soit intégralement en 3D). Elles ne révolutionnent en rien l’aventure, mais ajoutés aux autres, ces passages apportent une variété appréciable. Ceci dit, on reste avant tout sur un beat’em all, alors la castagne occupe une grande partie de l’action. Des appuis répétés sur le bouton Poing ou sur le bouton Toile déclenchent des enchaînements automatiques de coups. On peut aussi déclencher une séquence de coups avec le bouton Toile tout en étant dans les airs. C’est assez amusant de voir ainsi son héros flotter dans les airs plus d’une dizaine de secondes tout en massacrant ses ennemis.

Pour éviter que les combats ne se résument à des appuis frénétiques sur un bouton, un autre atout a été utilisé : le Quick Time Event, véritable standard du genre depuis God of War. Il est utilisée à tout va : pour le sixième sens de Spider-Man qui lui permet d’anticiper et parer un coup ennemi, pour un enchaînement spécial face à un boss ou même pour rattraper un saut mal négocié. Le jeu vous propulse alors au début de la séquence de plates-formes sans entamer la jauge de vie, et peu importe la perte de la continuité de l’action et l’invraisemblance qu’il en résulte. Une concession pour une meilleure accessibilité du jeu, nous direz-vous ? Sans aucun doute, mais pas seulement. Cette permissivité est parfois bien utile pour compenser une maniabilité mal ajustée. Le plus souvent, cela pose peu de problèmes, sauf dans les séquences de plates-formes justement. Le stick analogique virtuel de Gameloft est moins bon que d’habitude et est ici source de nombreuses d’erreurs. En particulier, on signalera des diagonales mal reconnues. Enfin, la profondeur n’est pas toujours bien rendue et l’on se surprend régulièrement à manquer une plate-forme que l’on croyait atteindre.

Dans certains passages du jeu, s’ajoutent parfois aussi une difficulté mal calibrée et une gestion des caméras défaillante, leurs objectifs ne dézoomant parfois pas assez. C’est notamment le cas contre Rhino, le boss du deuxième niveau, où l’addition de tous ces petit défauts est détonnant, avec pour conséquence une difficulté diabolique, y compris en mode Normal. Cette erreur manifeste d’équilibrage risque de décourager plus d’un joueur. C’est pourtant le seul boss à être aussi difficile, et même celui de fin vous donnera moins de fil à retordre. C’est regrettable car dans l’ensemble, les gros méchants/vilains/pas beaux sont variés tant dans leur design - qui puise avec bonheur dans les ressources de la licence de Marvel - que dans la manière de les battre.

Pour résumer, on ne peut que saluer les efforts qui ont été fournis pour varier les plaisirs au cours des douze niveaux proposés. Exception faite de Rhino, le jeu est agréable de bout en bout. Comptez près de quatre heures pour boucler l’aventure, ce qui laisse tout de même sur sa faim. Notez que sur notre iPhone 3G de test, il a fallu redémarrer l’appareil avant de débuter une partie, afin de vider entièrement la mémoire vive de l’appareil. Cette procédure s’est avérée indispensable pour supprimer complètement, à quelques exceptions près, les ralentissements et autres saccades qui plombent sinon l’expérience de jeu. Il s’agit là du prix à payer pour profiter des environnements 3D assez denses. Le style graphique « cell-shadé » est réussi et colle parfaitement au coup de crayon du comics original. Le tout est accompagné par une ambiance musicale grandiloquente, digne des ambiances habituelles des films américains tirés de bandes dessinées.

Spider-Man Total Mayhem remplit donc parfaitement sa mission avec un divertissement réussi, exploitant de manière tout à fait correcte la licence, pour une expérience de jeu qui reste malgré tout un peu courte.

Fabrice A.





(Version testée : 1.0.0 sur iPhone 3G)




Ultimate Spider-Man Total Mayhem sur iPhone de type Beat'em all édité par Gameloft. Développé par Gameloft. Pour un joueur. Prix : 5,49 €. Note : 4 sur 5





Vous aimez cette page ? Partagez-en le lien !

Facebook

Twitter

LinkedIn

Reddit

Vous pouvez recopier librement le contenu de cette page ailleurs (en indiquant le lien de cette page), mais sans le modifier ni en faire un usage commercial. Ce contenu est sous licence Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License.
Creative Commons License

Play-Asia.com - Jeux Switch

[homepage]  [RSS]  [archives]
[contact & legal & cookies]  © ACBM