Comment nous avons perdu 230 euros chez CJ Affiliate (Conversant)

vers Virus Info

Play-Asia.com - Jeux Exclusifs

logo du site
[accueil]  [chercher]


2011-02-12 20:56
news/Windows Mobile

[News] Nokia : changement de cap et passage sous Windows Phone 7 en étroite collaboration avec Microsoft


[Pockett.net] - Il en aura fallu du temps pour que Nokia admette que sa politique sur le marché des smartphones n’a ni queue ni tête depuis quelques années. Entre le hardware peu renversant et les errements incroyables du côté software (souvenez-vous de l’abandon de la plate-forme de jeu N-Gage), nous n’y croyions plus. Le géant finlandais non plus visiblement qui a choisi d’opérer un ultime virage à 180° pour s’allier avec un autre géant de l’industrie : Microsoft. Pour lutter contre Apple et son iPhone/iOS, Google et son Android, Nokia et Microsoft proposerons désormais des mobiles Windows Phone 7.

L’objectif annoncé est de créer un « nouvel écosystème », expression générique un brin pompeuse pour désigner un nouveau marché. Marché qui existe déjà, soit dit en passant, avec les nombreux constructeurs qui proposent depuis de longs mois leurs mobiles Windows Phone 7. D'ailleurs, Microsoft impose un cahier des charges très strict à ceux qui utilisent son système d'exploitation mobile. Résultat : il est difficile de se différencier. Mais les deux sociétés expliquent que Nokia aura le droit à un traitement de faveur et pourra modifier le système à sa guise. Comment les partenaires actuels, les LG, Samsung et autres HTC, vont-ils réagir ? Reste à savoir aussi si le géant finlandais va être suffisamment réactif pour rattraper son retard sur ces concurrents qui maîtrisent déjà le système d'exploitation de Redmond.

Microsoft et Nokia, tous les deux gagnants ?
En fait, Nokia et Microsoft devraient aller un peu plus loin que cette simple utilisation de Windows Mobile, si l’on en croit l’annonce du jour, avec notamment des opérations marketing et une politique de développement conjointe. Ainsi on apprend également que Bing, le moteur de recherche Microsoft, sera de la partie, ainsi que son adCenter pour la partie publicitaire. Nokia pour sa part apportera ses cartes Ovi Map, un système de facturation en passant par les opérateurs et un vaste réseau de distribution (Nokia est, par exemple, très populaire en Asie). Les synergies paraissent nombreuses.

Le vrai gagnant de l'opération semble Microsoft. Son nouveau système peine à s'imposer (aux dernières nouvelles, on était autour des deux millions de pièces) et reste à moins de 10 % de parts de marché. En ralliant à son camp la société encore numéro un de la téléphonie mobile (460 millions d'appareils en 2010), la firme de Redmond se donne les moyens de rattraper son retard sur Apple et Android dans le monde des smartphones.

Le choix de passer à Android a été envisagé par Nokia mais écarté, malgré le fait que le système Windows Mobile coûte des royalties et pas celui de Google. De plus, la logithèque Android est bien plus vaste : plus d'une centaine de milliers de titres d'un côté, quelques milliers seulement de l'autre. Nokia a-t-elle fait le choix le plus judicieux en choisissant un outsider ? Pour la petite histoire, le dirigeant actuel de Nokia vient de chez Microsoft...

Peut-on encore croire Nokia ?
Les anciens systèmes Nokia, Symbian et Meego, ne sont pas morts, nous dit-on. Des terminaux sont encore prévus pour le premier (150 millions d'appareils devraient l'utiliser), un seul avec Meego qui servira désormais de « laboratoire » (le partenaire Intel appréciera...). En tant que clients, nous nous souvenons de toutes les belles promesses autour de la N-Gage puis d'Ovi, et nous comprenons qu'il n'y a plus beaucoup d'espoirs.

Les développeurs d'applications tierces souffrent des mêmes errements de Nokia. A priori cette union entre Nokia et Microsoft est une bonne nouvelle : cela réduit la fragmentation du marché et leur évitera de multiplier les adaptations. Mais c'est d'abord une mauvaise nouvelle pour ceux qui avaient des produits disponibles ou des projets en cours sous les systèmes de Nokia : les ventes en seront forcément impactées. A l'époque de la N-Gage des développeurs ont préféré ne même pas sortir des jeux dont la conception était terminée...

Pour Nokia, l’avenir se présente désormais sous la forme d’une « three-horse race », une course avec trois principaux compétiteurs : Apple, Google et le couple Nokia/Microsoft. Mais faut-il absolument rallier ces écosystèmes (sauf Apple, fermé) pour exister ? D'autres acteurs continuent de défendre leur indépendance comme RIM avec ses BlackBerry (même si une rumeur annonce une compatibilité de produits avec Android) ou HP qui, quelques heures avant Nokia, a annoncé généraliser son système issu des Palm à d'autres produits, y compris les PC. Les marchés boursiers ne partagent d'ailleurs pas la vision des dirigeants Nokia et cette perte d'indépendance : l'action a chuté de plus de 10 % dans les heures qui ont suivi.

Et les jeux dans tout ça ?
Certes il y a eu quelques perles en matière de jeux vidéo sur les appareils Nokia (citons...Angry Birds créé par des Finlandais ou la surprenante expérimentation de Conspiracy for Good[/i]), mais la société ne faisait pas vraiment d'effort depuis l'arrêt de la N-Gage (et même pendant, dirons les mauvaises langues...), alors qu'on sait bien que cette activité est en grande partie à l'origine du succès de l'iPhone.

De l'autre côté, nous croyons fortement à la réussite de Windows Phone 7 en tant que plate-forme de jeu (même si elle tarde à se concrétiser), grâce à des atouts comme le Xbox Live et la compatibilité XNA permettant de porter simplement des petits jeux issus des mondes Xbox 360 et PC.


Olivier B.

Discussion sur le forum Yaronet





Vous aimez cette page ? Partagez-en le lien !

Facebook

Twitter

LinkedIn

Reddit


Play-Asia.com - Jeux retro

[homepage]  [RSS]  [archives]
[contact & legal & cookies]  © ACBM