Comment nous avons perdu 230 euros chez CJ Affiliate (Conversant)

vers Virus Info

Play-Asia.com - Jeux retro

logo du site
[accueil]  [chercher]


2009-05-20 21:15
interview/Divers

[Interview] Micromania nous parle du marché du jeu vidéo, de l'occasion, du piratage...



[Pockett.net] – A l'occasion des Micromania Games Awards 2009, Grégory Tizon, le responsable trade-marketing de la société, nous a consacré un entretien. Au programme : Micromania, le marché du jeu vidéo, mais aussi des anecdotes et un avis de joueur, un iPhone à la main.

Pockett.net : On commence par une présentation rapide de Micromania ?
Grégory Tizon : La société a été créée en 1983. Au début, elle commercialisait des jeux vidéo exclusivement en vente par correspondance. La première boutique a été ouverte il y a 20 ans. En 1996, il y avait une vingtaine de points de vente. Les choses se sont accélérées : on en ouvre actuellement 40 par an ! Tous en nom propre, nous n'avons pas de franchisés. Micromania doit représenter environ 20 à 25 % des ventes en France selon les jeux.

Pockett.net : Et à titre personnel, quel est votre parcours ?
Grégory Tizon : Je faisais au début des jobs à temps partiel : manutentionnaire, serveur sur un bâteau-mouche, etc. Puis je suis devenu vendeur d'articles de sport et j'ai monté progressivement les échelons. En 1996, je suis devenu responsable de magasin Micromania. Quatre ans plus tard j'étais directeur régional, puis j'ai monté la cellule marketing.

Pockett.net : Un parcous de joueur en parallèle ?
Grégory Tizon : En 1978, j'ai eu ma première console, un des nombreux Pong sorti à cette époque. Puis je suis passé à l'Atari VCS 2600, au Videopac, à la Vectrex, à la Mattel Intellivision, la Colecovision de CBS... Je suis collectionneur, j'ai six VCS par exemple ! Et aussi deux Mattel, deux Vectrex, trois Super-Nes, une Nes, une Nec CoreGraphx (une de mes préférées !)... Si j'ai plusieurs modèles parfois, c'est parce qu'il y a différents modèles. Je n'ai pas de 3DO par contre.

Pockett.net :Le sujet à la mode actuellement est la crise. Comment la ressentez-vous chez Micromania ?
Grégory Tizon : Il y a un ralentissement, mais sans doute plus dû à l'actualité. Il n'y a pas beaucoup de grosses nouveautés dernièrement il faut dire, à part les suites de Street Fighter, Resident Evil... A côté de cela, on note une explosion de l'offre, mais avec des jeux trop chers. Le vrai problème est le piratage. Les appareils de type R4 sur DS sont vendus sur les marchés, dans les cours d'école... Au départ, il n'y avait pas ce phénomène qui nuit aux ventes.

Pockett.net : Les acheteurs sont pourtant censés être plus nombreux avec l'arrivée des jeux casual destinés à un grand public...
Grégory Tizon : Bon, il y a quand même de bonnes surprises comme Sport Island sur Wii : l'éditeur prévoyait au début 15 000 ventes, il est arrivé à 200 000 exemplaires ! Il y a eu une évolution du public : désormais on joue ensemble, en famille. Le jeu vidéo est rentré dans la vie de tout le monde ou presque. Au début, il y avait des passionnés pour des jeux de guerre par exemple. Pour les autres personnes cela pouvait être rebutant. Depuis on a vu arriver en magasins des nouvelles tranches d'âge pour des nouveaux genres de jeux, accessibles à tous. Actuellement je suis d'ailleurs en train de travailler sur la décoration de vitrines pour le lancement de Wii Sports 2.

Pockett.net : Comment Micromania se différencie des autres boutiques spécialisées dans le jeu vidéo ou des grandes surfaces ?
Grégory Tizon : Nous vendons les mêmes jeux. Alors la différence se fait plutôt sur le service. Il faut savoir que nos vendeurs ne sont pas rémunérés à la commission, le management ne les pousse pas à la vente, du coup la relation est plus saine avec nos clients. Aussi cela fait 25 ans qu'on fait le même métier...

Pockett.net : Comment percevez-vous le téléchargement légal de jeux ?
Grégory Tizon : Comme une menace pour notre activité, clairement ! Par contre, c'est très utile en ce qui concerne les téléchargements de démonstrations qui incitent ensuite les gens à aller en magasin acheter leurs jeux. Même du point de vue du client, tout n'est pas rose avec le téléchargement. Par exemple, il arrive que le disque dur plante et qu'on perde tous les fichiers – cela m'est déjà arrivé sur une console. Et ne pas oublier qu'on ne peut pas revendre un jeu téléchargé, qui revient donc plus cher au final au joueur, car un jeu acheté en version boite pourra être repris chez nous jusqu'à 60 ou 70 % de son prix d'achat initial, il n'aura donc coûté que 30 à 40 % de son prix au client. Et puis à titre personnel, j'aime avoir les boites dans les mains (mon âme de collectionneur, ça...) et je ne dois sans doute pas être le seul.



Pockett.net : Un des dirigeants de Nintendo a pourtant déclaré que « Les jeux vidéo d’occasion ne sont pas dans le meilleur intérêt des consommateurs »...
Grégory Tizon : N'importe quoi ! Ce monsieur est un consommateur ? Il achète lui-même ses jeux ? Chez Micromania, l'occasion représente, selon les moments, entre 15 et 20 % de l'activité. C'est un vrai service pour nos clients et pour plusieurs raisons. Non seulement parce que cela permet à celui qui achète un jeu à sa sortie de le revendre et de réduire son investissement initial, mais aussi parce que cela permet à celui qui va l'acheter d'occasion de trouver des jeux à moindre prix. Autre avantage : l'occasion augmente le choix disponible. La durée de vie des jeux est très courte, ainsi à un moment sur PlayStation 2 on avait 300 références « récentes » et 700 autres références plus anciennes.

Pockett.net : Au Japon, les éditeurs ont voulu à une époque faire interdire le marché de l'occasion. De votre côté, avez-vous subi des pressions des éditeurs en France ?
Grégory Tizon : Aucune !

Pockett.net : Tout à l'heure, vous nous parliez du téléchargement comme une menace. Ne serait-ce pas aussi une opportunité de vendre des jeux sur des plates-formes que vous ne touchez pas encore, comme les téléphones ?
Grégory Tizon : Ce serait intéressant, on y a pensé, mais on a 36 000 choses en cours et cela n'a pas été fait encore.

Pockett.net : Au début de cet entretien, vous avez sorti un iPhone de votre poche. Vous jouez dessus ou sur console portable ?
Grégory Tizon : Je joue uniquement sur iPhone, plus vraiment sur DS ou PSP. En fait l'iPhone est un véritable outil pour moi, il me permet d'aller sur le Net, il me sert de pense-bête... J'adore le concept, la possibilité de tester les applications avant de les payer. Il y a plein jeux gratuits en plus dans le catalogue. Et les développeurs font souvent preuve d'innovantion sur cette plate-forme. En ce moment, je joue beaucoup à Bejeweled 2, Fuzzle, Flight Control, Sky Force, Galcon, Let's Golf !...

Pockett.net : C'est la tradition chez Pockett Videogames : une anecdote pour finir ?
Grégory Tizon : Oh, il y en a plein ! J'étais responsable du magasin à Cergy, à côté du siège de Nintendo, ce qui nous a permis d'avoir Mario 64 en avant-première sur Nintendo 64 pour une démonstration. Il n'y avait pas de borne de démonstration à cette époque, c'est moi qui faisait la présentation devant un public d'une cinquantaine de personnes. A un moment du jeu, Mario s'envolait dans le ciel et, habituellement, les gens faisaient « wow ! » en voyant l'animation 3D. Mais pas cette fois, gros silence. Je me retourne et je vois une personne qui faisait une crise d'épilepsie. Ce n'est pas le jeu qui avait déclenché cela, mais un spot lumineux très fort au-dessus du public.

Un autre responsable de Micromania passe à côté et jette en riant : « cette histoire risque de relancer la polémique sur les jeux vidéo et épilepsie... »

Pockett.net : Vous avez une anecdote plus... euh... joyeuse ?
Grégory Tizon : D'habitude les enfants sont plus forts que leurs parents aux jeux vidéo. Mon fils était persuadé que son père n'avait pas un niveau exceptionnel. On a fait quelques combat de catch virtuel ou des parties de Mario Kart, et depuis mon fils déclare « Mon père est trop fort ! » (rires) En fait, les gens sont persuadés que, comme on travaille à la direction de Micromania, on joue toute la journée. En vrai, c'est seulement le midi à la pause ! En ce moment, on joue beaucoup à Fifa 09. Les autres années les PES étaient meilleurs, mais cette année je trouve que c'est Fifa. On verra comment ce sera l'année prochaine, je ne suis pas sectaire... D'ailleurs, à la logistique chez nous, les employés ne juraient que par PES, alors je leur ai dit d'essayer Fifa 09. Dans les magasins, j'ai mis une affiche qui disait au sujet de ce jeu : « Avant de juger, testez-le ! ». Cela résume bien...


Olivier A.

Discussion sur le forum Yaronet





Vous aimez cette page ? Partagez-en le lien !

Facebook

Twitter

LinkedIn

Reddit

Vous pouvez recopier librement le contenu de cette page ailleurs (en indiquant le lien de cette page), mais sans le modifier ni en faire un usage commercial. Ce contenu est sous licence Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License.
Creative Commons License

Play-Asia.com - Jeux Vita

[homepage]  [RSS]  [archives]
[contact & legal & cookies]  © ACBM