Comment nous avons perdu 230 euros chez CJ Affiliate (Conversant)

vers Virus Info

Play-Asia.com - Jeux Vita

logo du site
[accueil]  [chercher]


2013-09-30 08:53
news/Divers

Les 10 mesures proposées pour aider le jeu vidéo en France


[Pockett.net] - En parallèle d'un groupe de travail interministériel dont on attend encore les résultats, deux sénateurs ont réalisé un rapport consacré à l'industrie du jeu vidéo en France. Nous vous avons déjà présenté deux mesures phares de André Gattolin (groupe écologiste) et Bruno Retailleau (UMP) pour aider le développement de jeux vidéo en France : la taxation des jeux vidéo neufs en boite et la création d'une plate-forme nationale de téléchargement de jeux. Huit autres mesures sont au programme.

La première chose qui saute aux yeux lors de la présentation du rapport, c'est la complicité qui s'est installée entre deux hommes de bords politiques différents. Après cinq mois de travail, des déplacements en région et 17 auditions, ils se sont accordés sur des propositions destinées à relancer un secteur qui ne compte plus que 5 000 emplois directs (contre 10 000 il y a quelques années), malgré la french touch et des formations spécialisées réputées (les jeunes talents formés partent à l'étranger, souvent au Canada).

Ils insistent sur le fait que les conclusions de leur travail ne sont que des propositions et qu'il reste encore à discuter leurs modalités pour les équilibrer. Nous ne sommes pas forcément d'accord avec toutes ces propositions, mais les deux hommes politiques ont démontré qu'ils ont su comprendre rapidement les problématiques d'un secteur avec lequel ils n'ont aucun lien. Même si Bruno Retailleau reconnait des parties de FIFA et de Call of Duty avec ses enfants, et André Gattolin des parties de Just Dance ainsi que de jeux sur appareils mobiles « mais jamais en séance, même si on a des collègues qui ont été piégés par des caméras ! », précise-t-il en souriant.

Tout d'abord, les sénateurs soulignent le manque de capital risque en France, sans que cela soit une spécificité au jeu vidéo. Pour autant, ils n'ont pas proposé d'équivalent aux Sociétés de Financement de l'Industrie Cinématographique et de l'Audiovisuel (Sofica), l'industrie vidéoludique n'étant pas encore assez reconnue selon eux. Ils y rajoutent la difficulté à croître pour les PME en France, du fait du cadre légal et fiscal qui bouge tout le temps.

Concernant le jeu vidéo en particulier, André Gattolin et Bruno Retailleau relèvent des points très particuliers comme le manque de ventilation par pays de la TVA sur les ventes réalisées par les grandes plates-formes de téléchargement, ce qui oblige les sociétés françaises à déclarer au taux fort toutes leurs ventes alors qu'une partie pourraient avoir droit à abattement. La liste des dysfonctionnements de ce genre est longue, passons plutôt aux propositions.

Une des plus grandes demandes de la profession, à savoir l'abaissement du seuil minimal pour bénéficier du Crédit d'Impôt Jeu Vidéo (CIJV), a été entendue. En effet, pour en profiter, il faut que le projet de jeu coûte 150 000 euros au minimum, or nombre de petits studios n'ont pas les moyens d'investir autant, notamment dans le jeu mobile. Et ils ne peuvent donc être aidés alors que ce sont sans doute eux qui en auraient le plus besoin. Les sénateurs proposent donc de diviser ce seuil minimal par deux.

A l'inverse, ils proposent de doubler le plafond du Fonds d'Aide au Jeu Vidéo (FAJV), cofinancé par le Ministère de l'économie, de l'industrie et de l'emploi et le Centre National du cinéma et de l'image animée. Actuellement, il représente au maximum 50 % de projets de jeu de moins de 200 000 euros. Dans le même temps, les élus proposent un guichet unique et des critères moins nombreux : il y aurait plus de 60 critères à respecter actuellement, l'objectif serait de passer à une dizaine, en privilégiant de nouveaux comme le gameplay au détriment du critère narratif par exemple, héritage du cinéma. Les sociétés de jeux vidéo, dans la situation actuelle, doivent passer par des cabinets spécialisés pour remplir les dossiers, qui ponctionnent une partie de l'aide reçue. Un comble !

Voici la liste des 10 propositions faites par André Gattolin et Bruno Retailleau :

- Créer une plate-forme de distribution en ligne française de jeux vidéo,
- Mettre en place un fonds d'octroi de prêts participatifs géré par l'Institut pour le Financement du Cinéma et des Industries Culturelles (IFCIC) et financé par la Banque Publique d'Investissement (BPI),
- Instaurer un système de guichet unique pour le dépôt par les entreprises de demandes de soutien,
- Relever le plafond des financements accordés au titre du FAJV et clarifier la place accordée au critère de violence dans leur octroi,
- Assouplir le seuil minimum d'allocation du CIJV, revoir ses critères d'octroi - notamment culturels - à l'aune de la diversité de la production française, reconsidérer la question de son allocation aux jeux classés, PEGI 18, simplifier ses procédures et allonger son éligibilité dans le temps
- Préciser la nature des dépenses ouvrant droit au Crédit d'Impôt Recherche (CIR) pour le secteur du jeu vidéo et élargir son assiette,
- Étendre le dispositif de la Jeune Entreprise Innovante (JEI) à de nouvelles activités d'innovation et relever son plafonnement,
- Instaurer une taxe d'un taux très réduit sur les ventes de jeux vidéo neufs afin d'alimenter un fonds soutenant la production française,
- Enrichir l'offre de formation à la création et à la gestion d'entreprises dans le secteur du jeu vidéo,
- Promouvoir, notamment par le biais des collectivités territoriales, le rapprochement entre les écoles de formation aux jeux vidéo et les pépinières d'entreprises dans une approche territorialisée.

Le rapport d'information Jeux vidéo : une industrie culturelle innovante pour nos territoires coûte 3,50 euros en version imprimée. Il est également possible de le télécharger gratuitement.
Olivier A.

Discussion sur le forum Yaronet





Vous aimez cette page ? Partagez-en le lien !

Facebook

Twitter

LinkedIn

Reddit

Vous pouvez recopier librement le contenu de cette page ailleurs (en indiquant le lien de cette page), mais sans le modifier ni en faire un usage commercial. Ce contenu est sous licence Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License.
Creative Commons License

Play-Asia.com - Jeux Switch

[homepage]  [RSS]  [archives]
[contact & legal & cookies]  © ACBM