Comment nous avons perdu 230 euros chez CJ Affiliate (Conversant)

vers Virus Info

Play-Asia.com - Jeux Vita

logo du site
[accueil]  [chercher]


2011-08-30 11:04
news/Nintendo 3DS

[Edito] Une baisse de prix et Mario peuvent-ils sauver la 3DS ?


[Pockett.net] - Alors que la Nintendo 3DS est disponible sur le marché depuis cinq mois, l'avenir de la dernière née des consoles portables du géant japonais paraît pour le moins incertain. En effet, l'ensemble de l'industrie vidéoludique s'interroge sur le niveau des ventes anormalement bas un peu partout dans le monde. En apparence tout du moins. En effet, Nintendo n'a pas encore communiqué de chiffre de vente officiel global. Nous avons tout de même quelques pistes, grâce à différents organismes qui publient régulièrement des statistiques par pays : un peu plus de 1,5 million au Japon, un peu moins aux États-Unis. En Europe ? Mystère et boule de gomme. C'est tout juste si l'on sait que l'enthousiasme n'est pas de mise du côté des revendeurs. Du coup, tout le monde s'interroge : comment « sauver » la 3DS, si tant est qu'elle a besoin de l'être ? Nintendo nous apporte quelques éléments de réponse avec une baisse de prix drastique et deux hits potentiels : Mario Kart 7 et Super Mario Land.

Pour expliquer le relatif faible niveau des ventes de la 3DS, il convient de s'attarder sur différents points. Le prix tout d'abord. Avec une étiquette généralement constatée à 250 €, la console est chère pour le public traditionnel de Nintendo. Vient ensuite le rapport qualité/prix : une line up de lancement décevante (quel est le titre qui fera acheter la console à coup sûr ?), une puissance brute là encore décevante et un argument « massue » qui ne séduit finalement que peu de monde, à savoir la 3D en relief. Au cinéma, les gens en redemandent car le spectacle est assuré. Dans les salons ? Une technologie encore trop chère et pour laquelle le public ne voit pas (encore) d'intérêt. Alors sur un appareil mobile, pensez donc ! Ajoutons à cela que la technologie est par définition difficile à vendre sur un support publicitaire traditionnel en « 2D », et nous avons à l'arrivée un véritable pétard mouillé. Ceci, sans compter la mauvaise publicité enregistrée dans certains médias, qui relatent des expériences d'utilisateurs assez difficiles : maux de tête, nausée... Syndrome Virtual Boy, le retour ?

Et encore, s'il n'y avait que cela ! Force est de constater que Nintendo a parfois l'art et la manière de se tirer une ou plusieurs balles dans le pied. Citons par exemple le système en ligne de la 3DS (e-Shop) qui n'était pas finalisé au moment de la commercialisation de la console, de même que le service de vidéo 3D. Mauvais timing ? Pour enfoncer le clou, Nintendo commercialise, quelques semaines avant le lancement de la 3DS, un certain Pokémon Black & White sur Nintendo DS. A partir du moment où des millions de gamins du monde entier se retrouvent avec un jeu à la durée de vie gigantesque, ils n'ont plus aucune raison de vouloir se précipiter sur une machine à 250 €, qu'ils n'ont d'ailleurs sans doute pas les moyens de se payer.

Quid des adultes ? Eux, les technophiles en particulier, goûtent aux joies des smartphones iPhone et Android - sans compter les tablettes de nouvelle génération - depuis près de deux ans. Et l'on aura beau nous dire que ces appareils ne sont pas faits pour jouer, il ressort qu'il s'agit de l'activité n°1 de ces appareils, très largement devant la vidéo, la musique et toutes sortes d'autres choses. D'accord, ces appareils ne disposent pas de pad, mais il n'empêche que les développeurs parviennent à vendre des centaines de millions de jeux sur ces supports, avec une croissance à faire pâlir d'envie tous les constructeurs et éditeurs traditionnels. Les consommateurs ont pris l'habitude de télécharger leurs jeux en quelques clics, avec un confort d'utilisation remarquable.

Autre point important : le faible coût des jeux sur ces supports, voire leur gratuité. Deux notions qui donnent des boutons à Nintendo, une société habituée à des marges très confortables sur ses produits. Et l'intéressée de crier à la dévalorisation des jeux vidéo lorsqu'ils empruntent cette voie... Ce dont le joueur n'a strictement rien à faire s'il y trouve du plaisir et si en plus son portefeuille est épargné. N'oublions pas non plus que la Nintendo DS a été inondée d'un nombre incroyable de titres de piètre qualité, si bien qu'au fil du temps, les joueurs se sont largement détourné du support qui a vu ses ventes de cartouches fondre comme neige au soleil. Inconsciemment, le joueur aura vite fait de comparer un jeu proposé à 40 € et disposant d'une durée de vie de cinq à dix d'heures, à un jeu proposé à 0,79 € et disposant d'une durée de vie comparable. Les gamers purs et durs rétorqueront que ce n'est pas comparable, que les mécaniques de jeu ne sont pas les mêmes et que, bien souvent, la répétitivité est au rendez-vous sur smartphones. Sans doute ont-ils raison, mais les centaines de millions de possesseurs d'iPhone et de téléphones Android n'en ont visiblement cure.

Ce point-là sera sans doute fatal à Nintendo si la société ne parvient pas à s'adapter. De notre point de vue, il est parfaitement possible de concilier les deux mondes. Il existera toujours un public pour s'acheter un excellent Mario, Zelda ou autre Pokémon à 40 €, mais le fait de vendre en parallèle des petites productions plus modestes ne pourra qu'encourager les joueurs à consommer. Sony l'a bien compris, il y a deux ans, en lançant la gamme de jeux PSP Minis. Si aujourd'hui le bilan n'est pas comparable à celui de l'App Store d'Apple, Sony peut tout de même se targuer d'aligner une line up de petits jeux PSN assez complète. Et, si les prix ne sont pas aussi bas que sur iOS, c'est que la concurrence y est moins rude. Le constructeur a tout de même anticipé le phénomène en permettant aux développeurs de solder leurs titres s'ils le souhaitent. Et ça fonctionne plutôt bien, à en croire des studios.

De son côté, le DSiWare n'a jamais réussi à percer, sans doute parce que Nintendo n'a jamais réellement soutenu la plate-forme. Là aussi, Nintendo devra fournir d'importants efforts en matière de communication avec les développeurs, de promotion auprès des joueurs mais aussi en matière d'interface utilisateurs : celle proposée aujourd'hui, que l'on possède une DSi ou une 3DS, est d'une lourdeur sans nom. Sans doute est-il temps pour Nintendo d'embaucher des personnes réellement compétentes dans le domaine, quitte à recruter du côté de la concurrence.

Après avoir longtemps considéré avec mépris le marché des smartphones, Nintendo doit aujourd'hui composer avec. Et peut-être que la société devra même faire des compromis impensables il y a quelques années de cela seulement. En outre, le site 01net annonce l'arrivée d'un stick optionnel à une dizaine d'euros (jusqu'ici Nintendo affirmait que l'unique stick présent sur la console est suffisant), ainsi qu'un nouveau modèle de console qui pourrait abandonner la 3D en relief.





Olivier B.

Discussion sur le forum Yaronet





Vous aimez cette page ? Partagez-en le lien !

Facebook

Twitter

LinkedIn

Reddit

Vous pouvez recopier librement le contenu de cette page ailleurs (en indiquant le lien de cette page), mais sans le modifier ni en faire un usage commercial. Ce contenu est sous licence Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License.
Creative Commons License

Play-Asia.com - Jeux Switch

[homepage]  [RSS]  [archives]
[contact & legal & cookies]  © ACBM