Comment nous avons perdu 230 euros chez CJ Affiliate (Conversant)

vers Virus Info

Play-Asia.com - Jeux 3DS

logo du site
[accueil]  [chercher]


2011-02-11 00:00
news/

La Caanoo, ce n'est pas pour nous


Sortant à peine un an après la Wiz et très similaire à cette dernière sur plusieurs points, la Caanoo soulève bien des interrogations : pourquoi si tôt, alors que plusieurs années ont séparé la Wiz de la GP2X, elle-même moins âgée de plusieurs années que la GP32 ? Qu'apporte-t-elle de concret ? Un nouveau modèle sortira-t-il l'année prochaine ? Et surtout, vaut-elle vraiment le coup (et le coût) ?

A la première question, nous répondrons par une simple hypothèse : la méthode Apple consistant à sortir un modèle plus évolué d'un appareil portable existant chaque année commence à faire des émules, d'abord chez Nintendo avec ses différents modèles de Nintendo DS (DSi, DSi XL et future 3DS, sorties à un an d'intervalle) et maintenant chez GamePark Holdings.

Avant de poursuivre plus avant il convient de présenter la Caanoo plus en profondeur. Commençons par les spécifications. Sortie officiellement le 16 août 2010, la Caanoo est équipée d'un processeur ARM9 cadencé à 533 MHz (exactement le même que celui qui fait tourner la Wiz), capable de 3D. Tout cela est couplé avec 128 Mo de RAM, soit le double de la Wiz. En outre la dernière de GamePark Holdings (que nous abrégerons par GPH) dispose d'une mémoire vidéo tampon d'environ 16 Mo, absente sur Wiz. Autrement dit : les jeux Caanoo trop gourmands ne pourront pas être portés tels quels sur Wiz sans un peu de travail. En outre, la Caanoo est équipée d'un véritable port USB femelle 1.1 dans lequel il est possible de connecter directement des clés USB ordinaires, voire des clés Wi-Fi sans aucun adaptateur. Enfin, la dernière principale nouveauté dont GPH semble fière est l'accéléromètre.



La connexion au PC se fait toujours par USB 2.0 à haute vitesse, avec un câble propriétaire. Le support de stockage est encore une fois la carte SD (compatible SDHC). Le microphone présent sur la Wiz refait son apparition sur la Caanoo. Le système d'exploitation est comme à l'habitude basé sur Linux. Pour vous connecter en Wi-Fi, tout comme sur Wiz, il vous faudra une clé USB adéquate. Celle-ci n'est pas incluse avec la console dans son pack de base, et l'acquérir vous coûtera une vingtaine de dollars américains. Il est possible de connecter une clé Wi-Fi non-officielle, mais il y a deux contraintres : elle doit être compatible avec la Caanoo et des pilotes compatibles Linux doivent exister et être portés sur la console portable. On est en droit de se questionner sur le bien-fondé de telles pratiques alors que la Nintendo DS est équipée de série du Wi-Fi depuis 2004 et a coûté le même prix à sa sortie. Certes GPH n'est pas Nintendo et la Caanoo est beaucoup plus puissante que la NDS, mais six ans séparent la sortie de ces deux machines. De plus le hardware de la Caanoo n'a rien d'exceptionnel : ce n'est que celui de la Wiz sorti l'année précédente.

Les points sur lesquels la Caanoo est en retrait par rapport à la Wiz sont les suivants : l'écran tactile, bien que plus grand (3,5 pouces de diagonale) et conservant la même résolution de 320 par 240 pixels, redevient un simple LCD après avoir été un OLED. La mémoire interne de 1 Go présente sur Wiz disparaît purement et simplement. La batterie aussi a subi une cure d'amaigrissement : de 2000 mAh, elle passe à 1850 mAh, ce qui se répercute sur l'autonomie (cinq à six heures contre sept heures auparavant).

Un pack décevant
Observons le packaging. Assez sobre, la boîte inspire confiance puisqu'elle semble solide et présente un scellé nous avertissant qu'une fois ce dernier détérioré le produit n'est plus neuf. Mais une fois la console déballée, quelle déception ! En effet, GPH s'est contenté du strict minimum: la console, deux stylets, un câble USB propriétaire qui servira pour la connexion au PC et à la recharge de l'appareil, un CD-Rom, un manuel de démarrage rapide, une dragonne, et ? C'est tout. Il y a de quoi rester sur sa faim.




Pourquoi ne pas avoir fourni de chargeur ? Pour des raisons de coût certainement. Mais même la Dingoo qui ne coûte que 85 dollar est fournie avec un chargeur mural. Sans, pour une console à 150 dollars, il fallait oser... Car nous ne sommes pas toujours à côté d'une prise USB, d'un PC pour recharger. Situation très simple : on a épuisé la batterie de la Caanoo en jouant dans le lit avant de dormir. Avec une console portable classique, il aurait suffit de brancher le chargeur et de s'endormir sur ses deux oreilles pour être certain d'avoir le lendemain matin d'avoir d'une console remontée à bloc et prête à affronter la nouvelle journée. Mais, avec la Caanoo, c'est une autre paire de manches. Allez-vous vraiment laisser tourner votre PC toute la nuit rien que pour charger votre console ? De plus, selon GPH, il faut quatre longues heures pour charger complètement la batterie. A vous de gérer votre temps... Certes un adaptateur prise murale en USB existe et ne coûte pas trop cher, mais pourquoi ne pas l'avoir inclus dans le pack, au lieu d'imposer une dépense supplémentaire au client ?

Le câble USB propriétaire est une des plus mauvaises idées. Si on endommage ou si on perd ce câble, c'est simple : on perd tout moyen de charger la Caanoo. Plutôt dommage pour une console portable. Un câble USB ordinaire aurait été un choix beaucoup plus intelligent. Le contenu du CD-Rom, lui aussi, est décevant : rien d'autre qu'un manuel d'utilisation en PDF, en anglais et coréen. Quelques programmes indispensables comme le GPH PC Manager n'auraient pas été de refus. Enfin, la dragonne fait énormément penser aux dragonnes des Wiimote noires, hormis le fait que le nom de la Caanoo a été imprimé dessus.




Examinons la Caanoo
Assez lourde, elle donne une bonne impression métallique de solidité. La finition est très bonne. Tous les orifices, sauf la prise casque, sont obturés par des caches. Pratique. Ces caches ne présentent aucun jeu une fois en place. Le stylet de 8 cm de long et tout en plastique se range sur le côté droit de la machine. Les hauts-parleurs sont placés sur la face arrière de la console. Un choix peu judicieux justifié d'une façon tout aussi maladroite : GPH affirme que, quand on joue, c'est souvent avec des écouteurs. Révoltant ! A ce compte-là, autant supprimer complètement les hauts-parleurs... Après tout, si on joue avec des écouteurs, quelle importance qu'il y ait des hauts-parleurs ou non ? Carton jaune.

En ce qui concerne les contrôles, de la double croix directionnelle adoptée sur Wiz nous repassons à une configuration plus classique : un joystick qui semble analogique et quatre boutons d'action de façade. Il est possible de cliquer sur le joystick, ce qui rajoute un bouton d'action supplémentaire. Deux boutons de sélection ainsi qu'un bouton Home sont présents sur la façade, en plus des quatre boutons d'actions. Les deux gâchettes sont facilement accessibles. L'ergonomie globale de la console est bonne.

Le microphone aussi est placé sur la façade. Le volume du son se contrôle à l'aide d'un curseur placé sur le haut de la Caanoo, mais il varie avec un temps de retard sur le déplacement du curseur. Le volume serait donc réglé de façon partiellement hardware, partiellement software.




La disparition de la mémoire interne est un point noir difficile à digérer, surtout après avoir goûté aux 4 Go internes de la Dingoo. En effet, si l'achat d'une carte Mini-SD de grande capacité était superflu avec la Dingoo, cela devient obligatoire avec la Caanoo. GPH justifiera son choix par le fait que la mémoire interne avait tendance à se corrompre. La supprimer est une solution un peu trop simple et un peu trop radicale à notre goût.

Un autre défaut de l'écran est la présence de contre-dépouilles sur chacun de ses bords : en effet, chaque côté de l'écran est masqué par le plastique du bord sur une largeur d'environ un millimètre. Du coup, quelque soit notre angle de vision, il est impossible de voir toute la surface d'affichage !

Test : affichage sur l'écran d'un rectangle blanc de 320x240 avec des traits de 1 pixel de large. Lorsque l'on regarde depuis le milieu de l'écran, le rectangle n'est pas visible. Pour le voir, il faut orienter son regard sur le côté.



Allumons la console !
La batterie a beau être partiellement chargée, il faut mieux la charger complètement avant la première réelle utilisation par simple mesure de précaution. Prévoyez donc quatre heures ! Pendant la charge, une LED rouge s'allume sur la côté gauche de la console.
Jamais démarrage de console n'aura été aussi triste : silence absolu, animations simplistes, et ce pendant les 10 secondes nécessaire. La GP32 au moins avait le mérite de nous accueillir avec un petit son. En fonctionnement, une LED bleue s'allume sur le côté gauche de la console. Lorsque l'on joue pendant la charge, les deux LED s'allument en même temps et leurs couleurs se combinent pour donner une lumière violette.
Le menu, un peu plus vivant, reste très basique : jeux, musique, vidéos, images, explorateur de fichiers, applications, e-books, réglages. La Caanoo est équipée d'une RTC (Real-Time Clock), elle affiche donc l'heure exacte dans le coin supérieur droit du menu. Malheureusement, l'heure n'est affichable que par tranche de 12 heures et non par 24 heures.




La qualité du lecteur MP3 est bonne, sans plus. Placer l'interrupteur de mise en marche sur la position Hold coupera toutes les commandes ainsi que l'écran afin de gagner en autonomie. On regrettera l'absence d'equalizer. Le défilement dans la liste des musiques est assez lent, rendant la navigation pénible en particulier si on a une grosse playlist. Le stylet aide beaucoup au défilement.

Parlons de la vidéo : les DivX de « haute résolution » (640 par 480 pixels) poseront des problèmes de lecture : ils saccaderont s'il y a trop d'action à l'écran. Le downscaling (rétrécissement de l'image pour convenir à l'écran de la Caanoo) est lui aussi déplorable, créant quantité d'artéfacts visibles à l'écran. Plusieurs formats très répandus ne sont pas supportés, dont le WMV.

La qualité des images avec le visualiseur est assez médiocre : tout comme pour la vidéo, les artéfacts de scaling sont visibles et, même à zoom 100 %, la qualité de restitution n'est pas optimale. Il y a encore beaucoup de progrès à faire à ce niveau.

L'explorateur de fichiers est dépourvu d'une fonction pourtant essentielle : le copier/coller de fichiers entre la clé USB et la carte SD. On pourrait rétorquer que ce n'est qu'un explorateur et non un gestionnaire de fichiers, cependant cet explorateur est pourvu d'une fonction Supprimer les fichiers. Pourquoi n'aurait-il pas la possibilité de copier les fichiers s'il peut les supprimer ?

On regrettera l'absence de réveil-matin alors que c'est une fonction embarquée dans la Neo-Geo Pocket (sortie en 1998) et la Nintendo DS (sortie en 2004).
Une autre absence remarquée est celle d'enregistreur. Bien que la Caanoo soit équipée d'un microphone, GamePark Holdings n'a pas jugé nécessaire d'inclure un logiciel d'enregistrement audio. Cela peut sembler anecdotique mais la Dingoo en a un qui enregistre au format MP3, et peut donc servir de dictaphone de fortune.

Vous l'aurez compris : bien que l'on ait entre les mains une console mise sur le marché et commercialisée à grande échelle, le firmware fait plutôt penser à un prototype tellement il est peu optimisé et déficient en fonctions importantes. A croire que GPH n'a rien appris de son expérience avec la Wiz et a décidé de tout reprendre à la base. A noter que récemment est sortie la mise à jour 1.0.6, apportant une plus grande réactivité du joystick ainsi qu'un overclock dans MAME4ALL pouvant aller jusqu'à 750 MHz. Loin d'être suffisant pour sauver cette console du naufrage.

Quelle logithèque ?
Reste à voir la plate-forme FunGP, s'inspirant fortement de l'App Store pour iPhone et autres iPad. En un mot : pitoyable. Loin d'être ergonomique, elle se paie en plus le luxe d'être extrêmement lente. Rien que télécharger la démonstration de Rhythmos prend une bonne après-midi (peu importe votre vitesse de connexion) et ralentit considérablement le navigateur internet. Les fichiers téléchargés ne sont pas compressés, alors que cela aurait pu énormément aider. Les jeux officiels sur Caanoo n'ont rien d'impressionnant. Aucune réelle killer-app, aucun jeu qui fait dire à l'acheteur potentiel : « celui-là, il me le faut, il a l'air trop bien ! ».
Pareil pour les homebrews et autres émulateurs. A la date de rédaction du dossier (octobre 2010), il n'y a aucun émulateur sur Caanoo qui n'ait déjà été vu ailleurs. Leur qualité ne semble pas supérieure à ce qu'on peut voir sur d'autres consoles portables sorties plus tôt.

Autant le dire tout de suite : la Caanoo ne vaut pas le coup et encore moins le coût. L'acheteur regrettera chacun des 150 dollars qu'il a dépensé dans le but de l'acquérir. Ses défauts hardware (donc irrémédiables) auraient pu être pardonnables si le côté software avait suivi, ce qui est loin d'être le cas. On se retrouve donc avec une console avec trop peu de qualités et beaucoup de trop de carences et lacunes. Une mauvaise console, n'hésitons pas à le dire. C'est d'autant plus regrettable que beaucoup de ces défauts auraient pu être évités ou sont aisément rectifiables.
L'achat forcé d'accessoires obligatoires ou recommandés est également une pilule qui a du mal à passer : après avoir payé pour la Caanoo, pour ses frais de port et éventuellement de douane et taxes, il faut en plus payer pour une carte SD, pour un étui de protection et pour le Wi-Fi. Mine de rien cela gonfle la note d'une façon non négligeable, et le prix qui semblait attractif au début ne l'est plus par la suite.

Normalement, à la sortie d'une nouvelle console, les anciennes doivent être obsolètes. Chez GPH ce concept est caduque : la Caanoo n'enlève absolument aucun intérêt à la GP2X ou à la Wiz.

Par Nhut





Vous aimez cette page ? Partagez-en le lien !

Facebook

Twitter

LinkedIn

Reddit

Vous pouvez recopier librement le contenu de cette page ailleurs (en indiquant le lien de cette page), mais sans le modifier ni en faire un usage commercial. Ce contenu est sous licence Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License.
Creative Commons License

Play-Asia.com - Jeux retro

[homepage]  [RSS]  [archives]
[contact & legal & cookies]  © ACBM