Comment nous avons perdu 230 euros chez CJ Affiliate (Conversant)

vers Virus Info

Play-Asia.com - Jeux retro

logo du site
[accueil]  [chercher]


2010-08-04 00:00
news/

iPad et jeu vidéo : notre grand test


Le 3 avril dernier, Apple a mis en vente aux États-Unis la version Wi-Fi de son dernier produit vedette en date, l'iPad. Difficile de ne pas en avoir entendu parler, tellement il y a eu de spéculations, de débats et d'analyses depuis l’annonce de cet appareil, le 27 janvier dernier. Et bien que la date de sortie européenne ait été encore repoussée (a priori, il va falloir attendre fin mai pour pouvoir l'acquérir), nous nous en sommes procuré un exemplaire (le modèle Wi-Fi 64GB). Le privilège de vivre entre plusieurs pays !

Ce dossier a pour vocation d'être un guide pour l'iPad, en tant que plate-forme de jeu. Les dossiers plus spécifiques consacrés à ses capacités multimédias, Internet et autres sont nombreux, il est donc inutile de répéter tout ceci. Place aux jeux et encore aux jeux !


Déballage, allumage et premières Impressions

La boite de l’iPad n'est pas grosse - la taille d’une petite ramette de papier au format A4. Quand on l'ouvre, la première chose que l'on trouve, c'est l'iPad. Le contenu de la boite est minimal : en plus de l'iPad, on trouve un câble USB, un chargeur ainsi qu'une documentation plus que rudimentaire (un feuillet avec les fonctions de base de l'iPad, un autre feuillet avec toutes les recommandations légales, et deux autocollants du logo Apple). Le chargeur sera fort utile : en effet, l'iPad nécessite 10 W pour se charger, ce qui est bien supérieur à la norme USB, de nombreux ordinateurs ne délivrent donc pas suffisamment de courant. De plus, comme tout chargeur Apple, il est possible de changer le format de la prise aisément, ce qui se révèle pratique pour les voyageurs fréquents.

L'emballage de l'appareil, propre à Apple : sobre et élégant.


La prise en main de l’iPad est aisée et intuitive. Le poids de l’appareil est presque idéal. Il pèse seulement 680 grammes, un peu moins que la plupart des netbooks. Cependant, pour certains, c’est déjà trop lourd. Question de point de vue ! L’ergonomie de l’appareil est excellente. Les mains de votre testeur sont assez grosses, et la largeur de la bordure de l'appareil, qui avait été décriée comme trop grosse par quelques personnes, est finalement idéale pour tenir l'appareil sans masquer l'écran. Il n'en reste pas moins que l'iPad est volumineux, beaucoup plus que n'importe quelle autre console portable à ce jour.

Le contenu de la boite, sans l'iPad


Parlons maintenant de l'écran. Ce dernier, constitué d’une dalle IPS (technologie offrant des angles de vue supérieurs aux dalles LCD classiques) d’une résolution de 1024 par 768 pixels, est d'excellente facture, avec une balance des couleurs extraordinaire et une luminosité maximale épatante. Les contrôles situés sur le pourtour de l'appareil sont minimaux (volume, verrouillage de l'orientation de l'écran, retour à l'accueil, marche/arrêt) mais parfaitement suffisants. L'iPad dispose par ailleurs d'un haut parleur, sur lequel les avis sont partagés. D'un autre côté, il n'offre pas de son stéréo mais, d'un autre, la restitution sonore est bonne (largement supérieure à celle d’un netbook Acer par exemple), le volume maximal très correct, et on peut toujours brancher un casque audio dessus.

Il est vrai qu'on ne peut vraiment se faire une idée de l'iPad qu'après l'avoir essayé. C'est une expérience radicalement différente des consoles de jeux, radicalement différente d'un netbook ou ordinateur portable, et radicalement différente (quoi que les mauvaises langues en disent) d'un iPhone. L'écran de 9,7 pouces (environ 25 cm) fait vraiment la différence et, comme l'ont déjà souligné certains testeurs, après avoir passé du temps sur l'iPad, on a plus l'impression que l'iPhone et l’iPod touch sont des prototypes d'iPad, des sous-iPads même, n'exploitant le multitouch que partiellement.

Comparaison de la taille d'un iPad et d'une Nintendo DS Lite



Les jeux iPhone
A l’achat de l’iPad, notre premier réflexe fut d'installer tous nos jeux iPhone. Après tout, la compatibilité avec les applications iPhone fût l'un des gros points de la présentation du produit, et l'une des nombreuses raisons qui nous ont poussé à acheter l'iPad est de pouvoir revivre des expériences de jeu sous un nouveau jour. Le pari de la rétro-compatibilité est-il réussi ?

Un écran de bureau d'iPad présentant divers jeux iPhone installés.


L'iPad offre deux possibilités pour les applications iPhone : soit les lancer en résolution iPhone (320 par 480 pixels), auquel cas elles se placent au milieu de l'écran (et le tout n'est vraiment pas pratique, en plus d'avoir l'air ridicule), soit utiliser du pixel doubling (ou 2x), qui étire l'application pour en faire du 640 par 960 pixels et applique dans certains cas un filtre d’anti-aliasing. Dans ce cas, l'application est forcément « floutée », mais le rendu final diffère selon les jeux - selon que le filtre soit appliqué ou pas.

Comparaison de Canabalt en mode iPhone et en mode 2x.


Pareillement, la qualité de la jouabilité diffère énormément en comparaison de la version iPhone selon les jeux. Par exemple, Eliss bénéficie réellement d’une nouvelle jeunesse. Pouvoir utiliser ses dix doigts sur l'écran change radicalement la donne, et le pixel doubling donne un rendu franchement correct (même si évidemment, une résolution native serait préférable). D'autres jeux qui prennent un second souffle sur iPad sont par exemple Canabalt, Spider et Crayon Physics Deluxe : la maniabilité est améliorée et leur rendu est très réussi, avec le même bémol.

Certains jeux se jouent aussi bien que sur iPhone, ni plus ni moins. Ce sont par exemple Critter Crunch, Blimp, Peggle, ou encore Space Invaders: Infinity Gene. Malheureusement, le pixel doubling fait ici quelques dégâts, étant donné que ces jeux utilisent des graphismes assez fins (et réalisés à la main pour certains) ; on prie pour que les développeurs fassent une mise-à-jour iPad gratuite dans les semaines ou les mois à venir. Voilà qui pourrait relancer leurs ventes !

Une sélection de jeux iPhone, lancés en mode 2x (de gauche à droite Crayon Physics Delue, Critter Crunch, Eliss, Peggle et Spider).


Et pour finir - vous l’aurez deviné - certains jeux sont beaucoup moins pratiques et réussis que sur iPhone. D’une manière générale, ce sont ceux qui nécessitent de tenir l'appareil comme un pad, avec des joysticks virtuels, ou alors qui font un usage intense de l'accéléromètre (la précision était moindre sur iPad, du fait de sa taille et de son poids supérieur) tels que Mini Squadron, Edge, Super Monkey Ball ou Rolando. Bien sûr, on peut utiliser l'accéléromètre efficacement dans un jeu iPad, mais il faut adapter la réactivité in game à l'aspect de l'iPad.

En résumé, pour la compatibilité de jeux iPhone, il y a du bon et du moins bon. De manière générale, les jeux qui dépendent purement de contrôles tactiles rendent bien, tandis que ceux qui nécessitent de manipuler physiquement l'appareil (joysticks ou accéléromètre) déçoivent un peu. Pour le pixel doubling, certains jeux rendent très mal, d'autres très bien. Cela dépend de la technique graphique utilisée - de manière générale, les graphismes détaillés (par exemple Spider) deviennent pixelisés, flous et baveux, alors que les jeux faisant usage du dessin de primitives (par exemple Eliss) rendent aussi bien que sur iPhone, juste avec des pixels plus gros. En fait, en interne, le fait que l’OS applique le filtre d’anti-aliasing ou non semble dépendre du mode de rendu OpenGL utilisé par le développeur : comme Steph Thirion, développeur du jeu iPhone Eliss, le dit sur son twitter, l'usage de GL_NEAREST semble minimiser les dégâts.

Par contre, les temps de chargement sont extrêmement plus rapides sur iPad. Des jeux qui étaient longs à se démarrer sur iPhone 3GS (et donc encore plus sur iPhone et iPod touch plus anciens) tels que Plants vs Zombies ou Glyder se chargent à une rapidité hallucinante, ce qui rend le tout très agréable.


Les jeux iPad
Passons au jeux propres à l'iPad maintenant. En effet, il est évident que nous n’avons pas pu résister à la tentation de prendre quelques jeux disponibles dès le lancement.

Force est de constater que la plupart des sorties actuelles sont des jeux iPhone à la résolution augmentée, avec éventuellement des fonctionnalités en plus. Des jeux tels que Minigore par exemple n'ajoutent vraiment rien en terme de jeu : on se retrouve à jouer à une version iPhone XL. Il n'en reste pas du moins que les graphismes sont tout simplement sublimes sur l'écran (on pense notamment à Ancient Frog HD et Zen Bound 2), du niveau de ce à quoi on peut s'attendre en 2010. C'est assez époustouflant quand on réalise que l'objet que l'on tient entre les mains fait moins d'un centimètre d'épaisseur, sans aucun ventilateur, en tournant sur une batterie qui tient entre cinq à dix heures.

D'autres jeux retranscrivent une expérience console/PC presque à la perfection - Sam & Max par exemple, ainsi que Need for Speed Shift. On note toutefois quelques ralentissements par-ci et par-là, ainsi que des défauts d'aliasing ou de filtrage de textures, mais on est à peine deux semaines après la sortie de la machine - il va falloir attendre encore quelques mois, voire plus, pour que les développeurs s'approprient totalement la plate-forme.

Finalement, certains jeux procurent une expérience tout à fait nouvelle sur iPad (que ce soit en reprenant des éléments de leur version iPhone ou non). C'est le cas, par exemple, de Flight Control HD qui se révèle stratégiquement beaucoup plus complexe sur grand écran. Il utilise les mécaniques de jeu de la version iPhone, intégrant les maps de celui-ci, mais en ajoutant des maps HD qui utilisent la totalité l'écran. En plus de ça, le titre de Firemint incorpore un mode multi-joueurs sur même écran qui est excellent. D'autres exemples de ces jeux incluent Labyrinth 2 et Mirror's Edge.

Bref, l'offre de jeux natifs iPad pour le moment n'en est qu'à ses balbutiements. On trouve un peu de tout, certains jeux plus adaptés que d'autres. Il est cependant difficile de ne pas trouver chaussure à son pied avec déjà plusieurs milliers de titres disponibles. On pourrait même dire qu'une telle diversité d’offre est rare pour le lancement d'une console tellement on trouve de tout : puzzle game, jeu de rôle, stratégie, tower defense, jeu de courses, etc.

Ancient Frog HD et Zen Bound 2 sont magnifiques, et donnent beaucoup d'espoir dans la plate-forme en ce qui concerne la qualité graphique des futurs jeux.


Bien que souffrant de quelques défauts de rendu, ce premier épisode la saison 3 de [i]Sam & Max est très proche de son équivalent Xbox 360/PS3/PC.[/i]


Flight Control en mode deux joueurs, tout simplement excellent, et Minigore HD.



Impressions sur l'iPad en tant que machine de jeu
L'iPad n'en est qu'à ses balbutiements. Toutefois c'est déjà, à notre goût, une machine de jeu très capable, au croisement entre une console portable (car il est aisé de glisser l'iPad dans son sac à dos quand on part en vacances, prend le train, l'avion, etc.) et une console de salon (du fait notamment de son grand écran et sa taille). L'avenir nous dira si ce modèle est viable (auquel cas on peut s'attendre à de nouveaux produits équivalents de la part de Sony et de Nintendo - cette dernière ayant déjà débuté dans cette tendance, avec la sortie de la grosse DSi XL, clairement « marketée » pour jouer chez soi). Il est intéressant de noter que le prix moyen des jeux sur iPad est environ cinq fois plus élevé que la version iPhone des mêmes titres, tout en restant cinq fois moins cher que les version consoles. Ce qui confirme encore une fois le positionnement de cette plate-forme comme intermédiaire entre les autres plates-formes du marché.

A quel public s’adresse aujourd’hui l’iPad ? Dans un premier temps, sans doute aux mordus de technologie, de machines Apple en général et aux joueurs fortunés. Ces derniers doivent sans doute constituer les clients de la première heure aux États-Unis. Par la suite, il sera intéressant de voir comment le grand public réagira face à cet appareil, qui reste une sorte d’ovni (NDLR : tu as essayé de lancer le tien pour voir comment il vole ?). Reste que depuis que notre modèle a été acheté, il a passé autant d’heures entre les mains de votre testeur que de celles de sa copine... sinon plus. Un signe qui ne trompe pas ! Avoir un appareil qui traîne sur la table du salon est convivial - et l'écran IPS, avec son large angle de vision, permet aisément à une personne de jouer dans le canapé pendant que d'autres la regarde. Du coup, c'est une expérience qui se prête beaucoup mieux au jeu « social » que la Nintendo DS, la PSP ou encore l'iPhone, plus intimes.


Limites et déceptions
L'iPad n'est pas parfait, loin de là. Comme il a été remarqué plus haut, jouer à ses jeux iPhone n'est pas toujours idéal. Cependant, il est difficile d’imaginer comment Apple aurait pu contourner ce problème de manière élégante, et il faut saluer l’initiative de la rétro-compatibilité. C’est plutôt du côté des développeurs que l’on aura été un peu déçu : pour aucun jeu testé, il n’aura été offert de mise à jour iPad gratuite. Dans tous les cas, soit la mise à jour était inexistante, soit il fallait racheter l'application.

Sur le plan pratique ensuite, si l'iPad offre une expérience de jeu très propice au partage, il n’y a pas la possibilité de créer plusieurs comptes utilisateurs comme on peut le faire sur un ordinateur ou certaines consoles. Cela serait pourtant intéressant. Ainsi, chaque membre d'une famille pourrait avoir un compte sur iPad, lui permettant de retrouver ses sauvegardes et profils. Peut-être cela viendra-t-il avec l’introduction, plus tard dans l’année, du fameux Game Center d’Apple ?

Sur le plan hardware, enfin, on ne peut que regretter l’absence d’une caméra. Pour le coup, Apple, avec ses machines à plus de 500 dollars, passe vraiment pour une radine. De nos jours, le concept de réalité augmentée se répand et la présence intégrée de cet accessoire aurait offert encore plus de possibilités aux développeurs. Ne perdons pas espoir : une caméra pourrait très bien être intégrée sur un futur modèle.


Perspectives
Aujourd’hui, il est clair qu'Apple s'oriente résolument dans le marché du jeu vidéo. C’était déjà le cas avec l'iPod Touch, clairement « marketé » pour cet usage, mais aussi à travers le Game Center (comparable au Xbox Live), annoncé dans la future version du système d'exploitation de l'iPhone/iPod Touch/iPad (OS 4). Il est certain que les efforts d’Apple allant dans le sens du jeu vidéo devraient continuer, ce qui n'est évidemment pas pour nous déplaire.

Dans les mois à venir, nous devrions avoir plusieurs tendances de jeux sur iPad. Tout d'abord, des jeux faisant usage de l'écran tactile pour vraiment offrir un support interactif offrant la manipulation d'objets « physiques » (des jeux de stratégie, de plateau, multi-joueurs, etc.). Par exemple, Small World, à l'origine un jeu de société, est disponible sur l'App Store - se jouant à l'identique, mais de manière entièrement virtuelle. Pareillement, Hasbro a sorti une version très réussie de son Scrabble. L’iPad, l’avenir du jeu de société traditionnel ? L’avenir nous le dira.

Ensuite, nous verrons également arriver des jeux indépendants et innovant sur l'usage du multi-touch (dans le même esprit qu'Eliss à sa sortie sur iPhone), de la géolocalisation, du grand écran, de la connectivité Internet quasi-permanente, bref de toutes les particularités propres à la plate-forme d'Apple. Ce sont principalement ces jeux-là qui permettront à l'iPad de se démarquer de la concurrence en termes d'originalité.

Enfin, nous aurons également le droit à des jeux de grosses entreprises, dérivés de propriété intellectuelles consoles et PC, tels que Need for Speed, utilisant éventuellement des mécaniques de jeu plus adaptées à l'iPad (comme le fait Mirror's Edge). Ce qui est sûr, c'est que la puissance de l'iPad et la taille de son écran le rendent plus propice à une adaptation sérieuse de telles licences, et non pas des ports bâclés comme on le voit régulièrement sur téléphones portable, ou même sur Nintendo DS/PSP.

Bien évidemment, nous verrons toujours arriver des petits jeux sans prétention, comme il en existe déjà des milliers sur iPhone. Mais ce ne sont certainement pas ceux-là qui apporteront grand-chose à la plate-forme, qui contribueront à la faire prospérer et à lui donner une identité propre sur le long terme.

L’iPad présente le potentiel nécessaire pour se démarquer de toutes les autres plates-formes du marché. Ce n'est pas vraiment une console portable comme la DS, PSP ou l'iPhone, ni une réelle console de salon ou un ordinateur. Et rien que par ses caractéristiques si particulières, il y a là de quoi faire des choses très intéressantes. Il faudra bien entendu que les studios (les gros comme les petits) suivent le mouvement - mais au vu des ventes actuelles reportées par Apple (environ 500 000 unités écoulées en seulement deux semaines), ça semble bien parti !

Les premiers tests de jeux iPad sont déjà en ligne sur Pockett Videogames.

Lire également notre article spécial sélection de jeux pour le lancement de l'iPad en France.


Guillaume A.





Vous aimez cette page ? Partagez-en le lien !

Facebook

Twitter

LinkedIn

Reddit

Vous pouvez recopier librement le contenu de cette page ailleurs (en indiquant le lien de cette page), mais sans le modifier ni en faire un usage commercial. Ce contenu est sous licence Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License.
Creative Commons License

Play-Asia.com - Jeux Vita

[homepage]  [RSS]  [archives]
[contact & legal & cookies]  © ACBM