Comment nous avons perdu 230 euros chez CJ Affiliate (Conversant)

vers Virus Info

Play-Asia.com - Jeux Switch

logo du site
[accueil]  [chercher]


2005-10-05 00:00
news/

Tiger annonce des pertes colossales et provoque le scandale




[Pockett.net] – Après avoir publié son rapport financier annuel, Tiger prépare le lancement américain de la Gizmondo et son introduction en bourse au Nasdaq à coup de communiqués. Elle oublie de rappeler que sur la seule première moitié de l’année 2005, la société enregistre pas moins de 175 millions d’euros de pertes. Mais où est donc passé cette somme colossale, alors que la console n’est disponible nulle part, ou presque ? Le rapport financier annuel nous donne quelques éléments de réponse. Contrairement à la plupart des autres sites qui ont traité l’affaire, nous ne nous sommes pas contentés de recopier (avec nombre d’erreurs) à droite et à gauche, mais nous avons pris notre courage à deux mains et plongé dans ce document de 426 pages. Edifiant !


La Gizmondo, l’un des plus grands désastres du jeu vidéo ? On n’en est plus très loin. Tiger enregistre 210 millions de dollars de pertes (175 millions d’euros) et ce, seulement pour les six premiers mois de l’année 2005 (après 99 millions de dollars pour toute l’année 2004, en comparaison). On est en droit de se demander – les actionnaires en particulier – où est passé tout cet argent, alors que la console n’est disponible que dans quelques boutiques anglaises et que les jeux ne sortent quasiment pas. Officiellement, ces pertes sont dues « aux coûts de développement de la Gizmondo et à d’autres opérations monétaires ».

Ces opérations sont détaillées dans le dernier rapport financier annuel de la firme, un pavé de 426 pages qui a mis à mal notre imprimante, publié pour satisfaire aux exigences de la bourse américaine. Tiger était en effet candidate à son entrée sur le Nasdaq, chose qui devrait être réalisée de concert avec la commercialisation de la console sur le territoire américain en cette fin d’année, d’après le dernier communiqué officiel.

Un communiqué qui oublie de nous rappeler comment, en seulement six mois, plus de 200 millions de dollars ont été dilapidés. Jeux, achats de licences, de studios de développement imaginiez-vous ? Oui, mais pensez aussi : achats de voitures luxueuses, salaires mirobolants et emplois douteux.


Fifa et SSX, deux licences mal exploitées
L’un des plus gros investissements – et sans doute l’un des plus inutiles au final – fut l’achat, pour 5,9 millions de dollars, des licences Fifa Soccer et SSX chez Electronic Arts. Au final la Gizmondo se retrouve avec deux jeux qui accusent un an de retard, presque identiques aux versions N-Gage de ces mêmes titres. Un gâchis monumental, qui pourrait bien ne pas s’arrêter là : Madden NFL a également été annoncé dans la presse, pour la sortie US. Espérons, cette fois, que les décideurs de Tiger ont fait preuve d’un peu plus de bon sens.

Toujours dans le registre de développement de jeux, Gizmondo Europe a également payé la rondelette somme de 4 millions de dollars le 4 août dernier au développeur Games Factory pour la création de concepts de jeux pour 19 licences, apparemment détenues par le constructeur. Voici la liste de ces dernières, dont aucune pour le moment n’a été annoncée officiellement :

1. Anastasia
2. Cheerio's
3. Dominion Wars
4. The Silver Surfer
5. TinTin
6. DS9: The Fallen
7. M&M's
8. Miss Spider
9. New Millennium Encyclopaedia
10. Outlaw Golf
11. Outlaw Volleyball
12. Real War
13. Shattered Light
].4. Starship: BORG
15. Starship Creator
16. Starship Titanic
17. Typing Tutor
18. Weather Control
19. Wing Commander

Quelques licences intéressantes dans le lot, telles que The Silver Surfer, TinTin (est-ce le même que le nôtre ?), Outlaw Golf ou encore Wing Commander. D’autres, plus surprenantes, comme ce Typing Tutor, alors que la Gizmondo ne propose aucun clavier ou accessoire de ce genre.


« Pourquoi se priver, puisque la Gizmondo se vend si bien ? »
Plus surprenant encore, Gizmondo Europe a payé 3 millions d’euros au développeur Northern Lights pour la création des jeux Chicane et Colors. Des jeux qui, en réalité, sont développés par d’autres studios, à savoir Warthog et Indie Studios, qui appartiennent tous deux à Gizmondo Europe. Comme par hasard, Carl Freer, p.-d.g. de Gizmondo Europe et Stefan Eriksson un cadre de la même société, sont tous deux directeurs de Northern Lights, dont ils possèdent d’importantes participations. Vous en tirerez vos propres conclusions.





Les opérations monétaires troublantes ne s’arrêtent pas là. Au cours de ces deux dernières années, Tiger a payé une personne chargée du « marketing et des relations publiques, d’une mise en relation avec le chanteur Sting et du temps passé sur la création du concept de jeu d’Agaju, un titre en cours de développement ». La rémunération de cette personne ? 145 670 €. Son nom ? Anneli Freer. Oui, il s’agit bien de la femme de Carl Freer !

Malgré ces activités délirantes, la société a tout de même réussi une levée de fond à hauteur de 73,1 millions de dollars (60,3 millions d’euros) à la fin du mois d’août. Les investisseurs étaient-ils au courant de ces agissements ? Pas sûr.

Et cela continue. Tamela Sainsbury, secrétaire de direction de Gizmondo Europe (accessoirement aussi la compagne de Steve Carroll, l’un des directeurs de la société, dixit le rapport) s’est vue allouer un confortable salaire de 125 615 € pour 2004 (161 622 € annoncés pour 2005), avec, 391 750 € en actions et 69 504 € en divers bonus. Pourquoi se priver, puisque la Gizmondo se vend si bien ? Et comme une telle rémunération ne suffit pas pour les menus frais de la vie courante, elle s’est vue attribuer une voiture de luxe d’une valeur de 58 000 €.


Une passion irraisonnée pour les voitures de luxe
Il apparaît dans le rapport que les dirigeants ont un goût évident pour les voitures de luxe, puisque Steve Carrol roule dans un véhicule à 193 800 €, bien entendu payé par la société en début d’année 2005. Carl Freer s’est vu allouer un budget de 97 000 €, tandis que Stefan Eriksson, un peu plus modeste, s’est contenté de 87 000 €. Sans doute habite-t-il très près de son lieu de travail.

Si la console venait à couler, Gizmondo pourrait finalement se reconvertir dans une concession d’automobiles. Pas moins de 800 000 actions, d’une valeur de 1 507 650 € à l’époque, ont été allouées à un autre employé, Joe Marten, pour « services rendus à la compagnie ». Joe Marten était à la tête des relations investissement chez Gizmondo. Jusqu’à ce que le « spécialiste des investissements » soit remercié. Le motif : les cadres de la société se sont rendus compte qu’il avait « effectué un achat non autorisé d’une voiture de luxe sur les fonds de Gizmondo Europe » !


Pendant que les patrons s’engraissent, les employés trinquent
Mais une voiture de luxe, cela ne nourrit pas son homme. C’est ainsi que les responsables cités ont vu leur fiche de paie annuelle grimper jusqu’à 1 250 000 € et se sont vu allouer plus d’un million d’euros de bonus divers pour Carl Freer (la totalité ne lui a pas été encore payée). Vous commencez à avoir le tournis ? La valse des chiffres n’est pas finie.

Au final, ce sont environ 50 employés qui auraient été remerciés d’après nos informations, au cours de ces derniers mois. Cette vague de licenciements a fait suite à la restructuration opérée, d’Angleterre vers les Etats-Unis, où tous les efforts de Tiger semblent désormais se concentrer. Au 1er août, la société comptait 131 employés ou agents par contrat, dont 43 personnels administratifs, 15 personnes chargées des ventes et du marketing, 70 développeurs et trois personnes chargées de la gestion des stocks et des envois.


Des dépenses, mais pas de rentrées
Ajoutons à tout ceci des frais astronomiques pour le Flagship Store de Londres qui, s’il est une bonne idée sur le fond, ne rapporte pas un rond avec ses ventes ridicules. D’ailleurs, malgré ses promesses, Gizmondo Europe n’a toujours pas dévoilé les chiffres de vente de sa console. Et on les comprend... D’après nos sources, environs 2 000 machines ont été écoulées au lancement, pour un total aujourd’hui de 6 000 à 7 000 consoles. On comprend dès lors pourquoi le programme publicitaire Smart Adds n’a jamais pu débuter, faute de public.





On peut également évoquer l’investissement conséquent de Tiger dans l’agence de mannequins Isis Models, dont on s’interroge encore sur l’utilité. Coût de l’opération, pour acquérir 75 % des parts de l’agence : 40 000 actions Tiger, pour une valeur totale de 77 200 €.

Enfin, ce mois-ci, Tiger s’est offerte 84 % de la société Globicom, un opérateur mobile spécialisé dans le transfert de données, pour 116 859 actions Tiger (d’une valeur approximative de 225 538 €) et de 200 000 dollars. Cette opération a été effectuée pour fournir un réseau sans fil à la Gizmondo.


Voilà qui devrait réjouir les investisseurs, qui savent désormais, concrètement, où part leur argent. Et qui devrait en décourager d’autres potentiels, à l’approche du lancement américain de la console. Sans compter les procès auquel la société doit faire face (ici ou ), comme nous vous l’expliquions déjà il y a plusieurs mois. Un nouveau – et de taille – pourrait être à l’ordre du jour, puisque MTV Networks Europe aurait réclamé 1 265 811 €, elle se « réserve le droit d’engager des poursuites judiciaires pour le non-paiement d’importantes factures ». On a encore tous en mémoire les publicités inutiles passées sur MTV en boucle, puisque la console ne devait être disponible que plusieurs mois plus tard, sans jeux.

Néanmoins, Tiger Telematics essaie tout de même de faire bonne figure. Peut-être espérait-elle que ce rapport passerait complètement inaperçu. Raté : ce fut un véritable tollé sur Internet. Depuis, elle essaie de sauver ce qui peut l’être. Trois nouvelles têtes ont été nommées à la direction, afin, notamment, de surveiller les comptes de manière indépendante. Encore mieux : Carl Freer a « remboursé » les sommes perçues par sa femme pour son rôle de consultante le 28 septembre dernier. De la même manière, et concernant cette fois les sommes perçues par Northern Lights, Carl Freer a reversé le jour suivant les sommes perçues pour le développement de deux jeux qui n’ont jamais eu lieu. Un effort de transparence ?


Et la console dans tout ça ?
En France, la situation est tout aussi ubuesque. Après un lancement raté en mai dernier, l’agence Gizmondo France ne donne plus aucun signe de vie. Selon nos sources, il ne resterait plus que deux employés en activité, à temps partiel. La filiale continue de payer les factures à la société qui est chargée de sa communication... mais cette dernière refuse justement de communiquer tant qu’une date de sortie précise n’est pas arrêtée.

Avec toutes ces affaires, on en viendrait presque à oublier cette pauvre petite Gizmondo, en manque de jeux pour la nourrir. Et de penser aux premiers acheteurs, qui ont le sentiment d’être les dindons de la farce. On se demande comment Tiger va réussir à financer ses opérations aux Etats-Unis. La société avait obtenu, de deux investisseurs privés en mai dernier, 17, 61 millions d’euros qu’elle a du commencer à rembourser il y a quelques jours. Elle a toutefois, le 23 août dernier, réussi une levée de fonds de 60 741 000 €. Cela sera-t-il suffisant pour lancer la console, la soutenir d’un point de vue commercial et surtout financer en interne la production de dizaines de jeux ? Le lancement US du 11 octobre semble déjà annulé et en bourse, l’action ne cesse de plonger, crevant aujourd’hui, mercredi 5 octobre, la barre des dix dollars. Et Carl Freer, de conclure dans le dernier communiqué officiel, par un mensonge supplémentaire : « Gizmondo Studios projette toujours d’avoir 89 jeux disponibles d’ici la fin de l’année 2005 ». Courage, cela ne fait que 77 jeux à sortir, soit environ 25 par mois ! Rappelons que la firme annonce depuis plusieurs mois vouloir proposer aux joueurs « au moins un titre par semaine », promesse qu’elle a été incapable de tenir jusqu’alors. Mais qui est encore dupe ?

La société Gizmondo Europe n’a pas donné suite à nos demandes.


Olivier B.



Mais qui est donc Tiger Telematics ?
Contrairement à ce que vous avez pu lire ça et là, il ne s’agit pas à l’origine, d’une société spécialisée dans le GPS mais spécialisée dans... le recouvrement de sols. Vous avez bien lu, Tiger a fait ses débuts dans le bâtiment et la décoration ! C’est seulement le 4 février 2002, lorsqu’elle acquiert Eagle Eye Scandinavia Distribution, qu’elle met un pied dans le monde de la localisation par satellite. Au début de l’année 2003, Tiger a entrepris de développer la console portable multimédia qui allait devenir la Gizmondo. En 2004, afin de compléter son catalogue de titres en cours de développement sur la console, elle acquiert 100 % d’Indie Studios (les développeurs de Colors) ainsi que la totalité de Warthog, un autre studio plus conséquent.


Pour réagir à ce dossier, notre forum.




Vous aimez cette page ? Partagez-en le lien !

Facebook

Twitter

LinkedIn

Reddit

Vous pouvez recopier librement le contenu de cette page ailleurs (en indiquant le lien de cette page), mais sans le modifier ni en faire un usage commercial. Ce contenu est sous licence Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License.
Creative Commons License

Play-Asia.com - Jeux 3DS

[homepage]  [RSS]  [archives]
[contact & legal & cookies]  © ACBM